Le ballet des diplomates au ministère des Affaires étrangères s’est poursuivi le 17 octobre à Libreville, avec les ambassadeurs de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC).

Noël Nelson Messone échangeant avec les ambassadeurs de la CEEAC le 17 octobre 2017 à Libreville. © Gabonreview

 

Arrivé à la tête du département des Affaires étrangères en août, Noël Nelson Messone poursuit ses prises de contact avec les diplomates accrédités au Gabon. Ce 17 octobre à Libreville, le tour est revenu aux ambassadeurs des pays de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale.

Cette réunion avec les ambassadeurs, a expliqué le membre du gouvernement, entre dans le cadre d’un échange régulier qui doit avoir lieu entre le ministre des Affaires étrangères et les diplomates de la CEEAC, pour faire le point sur différents dossiers relatifs à l’intégration sous régionale, aux grandes questions internationales qui touchent la sous-région d’Afrique centrale. «C’est une pratique normale et utile pour les ambassadeurs puisqu’elle donne l’occasion à des échanges d’informations», a-t-il déclaré.

Pour cette rencontre, deux sujets étaient à l’ordre du jour : les réformes institutionnelles de la CEEAC et la rencontre du 21 octobre intitulée réunion ministérielle extraordinaire de la CEEAC consacrée à la situation sécuritaire et humanitaire en République centrafricaine.

Ce Conseil des ministres s’inscrit en effet dans le cadre de l’initiative africaine dont le mandat a été donné à l’Union africaine (UA), en vue de rechercher la paix et la réconciliation entre le gouvernement centrafricain et les groupes rebelles armés. En préparant cette rencontre qui se tiendra dans la capitale gabonaise, Noël Nelson Messone a assuré que «la résolution des conflits par nous-mêmes en RCA est un investissement bénéfique à la sous-région». «Nous devons nous efforcer de rendre disponibles de nouveaux moyens humains, financiers et matériels pour contribuer à la mise en œuvre de la feuille de route de l’Initiative africaine sur la RCA», a-t-il souhaité.

Quant à la question des réformes de la CEEAC, le ministre des Affaires l’a présentée comme étant un dossier prioritaire pour le président en exercice de cette institution, Ali Bongo Ondimba. «Il s’agissait donc d’échanger avec les ambassadeurs sur cette question et sur les mesures à prendre immédiatement pour faire avancer ce dossier, notamment la mise en place d’un comité de pilotage et son fonctionnement», a précisé le ministre des Affaires étrangères.

Cette réforme devrait conduire, à terme, la Communauté économique des pays de l’Afrique centrale (Cemac) et d’autres institutions sectorielles sous régionale, à intégrer la CEEAC.