Déplorant la multiplication de projets de construction sans programmation et sans études préalables, le conseil présidentiel sur les infrastructures, tenu le 5 avril dernier à Libreville, a décidé d’implémenter un plan de relance économique sur la période 2017-2020.

Un moment des travaux du conseil présidentiel sur les infrastructures, le 5 avril 2017 à Libreville. © Presse présidentielle

 

Convoqué par le chef de l’Etat, le conseil présidentiel sur les infrastructures s’est tenu le 5 avril dernier à Libreville. S’il a salué les efforts consentis jusque- là pour améliorer de façon significative les infrastructures dans le pays, Ali Bongo a également déploré le manque de rigueur ayant longtemps prévalu dans la gestion et le financement de nombre de projets.

Le chef de l’Etat a ainsi laissé transparaitre son désarroi face à la multiplication de projets de construction sans programmation et sans études préalables, aux irrégularités dans le mode d’attribution des marchés, et au non-respect du Schéma directeur national des infrastructures. Pour éviter ces errements à l’avenir, le conseil présidentiel a décidé que la période 2017-2020 sera marquée par l’implémentation d’un Plan de relance économique.

Ce plan, qui sera adopté dans les tout prochains jours, vise notamment à concentrer les ressources d’investissements sur des projets d’infrastructures jugés prioritaires. Le conseil présidentiel reste par ailleurs convaincu que ce programme permettra la création d’emplois, mais également l’amélioration des conditions de vie des Gabonais. «J’en appelle à la coordination de tous les acteurs du domaine, à plus de discipline dans la planification des projets et dans les dépenses budgétaires», a conclu Ali Bongo.

Il n’est pas rare en effet de constater à Libreville, comme à l’intérieur du pays, que plusieurs chantiers lancés en grandes en pompes, et ne sont jamais allés à leur terme, ou peinent à être achevés.