La filiale d’Olam International a injecté pas moins de 291,5 milliards de francs CFA, dans la construction-aménagement d’un nouveau terminal minéralier et d’un port de commerce, dans la commune d’Owendo.

© ramboll.co.uk

 

500 millions de dollars, soit plus de 291,5 milliards de francs CFA ! Tel est le montant investi par Olam Gabon pour la construction de deux infrastructures portuaires dans le pays. Il s’agit plus précisément de la construction-aménagement d’un nouveau terminal minéralier et d’un port de commerce dans la commune d’Owendo.

S’étendant sur 45 hectares, le port minéralier est subdivisé en deux zones, avec un terminal minéralier de 25 hectares et un terminal polyvalent de 20 hectares (pour les agrégats et certains produits issus de la transformation du bois). Il est également composé d’un embranchement ferroviaire de 1,5 km de long, d’un quai de 170 mètres linéaires, à une profondeur de 4 mètres et d’une zone de stockage pour les minerais.

Autres caractéristiques du port : un terminal polyvalent qui sera utilisé pour le transit d’agrégats comme le gravier ou le sable, notamment. A maturité, l’infrastructure devrait avoir une capacité annuelle de 10 millions de tonnes de minerai. Par ailleurs, le port disposera d’une zone industrielle équipée d’infrastructures modernes ainsi que d’un terminal de pêche.

«Le nouveau port minéralier inauguré le 10 août 2016 par le chef de l’Etat, constitue une solution logistique portuaire pour tous les industriels souhaitant exporter leurs productions. En effet, le Gabon dispose de nombreuses ressources minières et les sociétés souhaitant les exploiter se heurtaient toujours dans le passé, au problème logistique et au coût élevé pour l’exportation de leurs produits», a indiqué Olam Gabon.

«Notre projet répond donc à cette demande. Car, il s’agit d’un port multi-utilisateurs. Ce port minéralier est destiné aux petits exploitants miniers qui n’avaient pas de solutions logistiques portuaires pour exporter leur production», a poursuivi la filiale d’Olam International.

D’une superficie de 18 hectares, le port de commerce, pour sa part, est destiné à accroître la compétitivité des activités import-export. D’un coût de 255 millions de dollars (plus de 148,6 milliards de francs CFA), la zone dédiée au trafic de containers et cargo sera opérationnelle dans les prochains jours. «Cette nouvelle infrastructure portuaire permettra de diminuer les coûts logistiques, en augmentant la productivité et donc rendre le pays plus attractif pour les industries importatrices et exportatrices et donc les Investissements directs étrangers (IDE)», a souligné Olam Gabon.

Avec une capacité estimée à 3 millions de tonnes/an, ce port va représenter un outil logistique moderne. Le tout avec de grandes capacités d’entreposage, notamment des silos à grains (capacité de 10 000 tonnes), des cuves de stockage pour l’huile de palme produite par Olam Palm Gabon (capacité de 8 000 tonnes) et d’autres aires de stockage pour les clients privilégiés de la Zone économique spéciale de Nkok.

La construction de ces deux nouvelles infrastructures portuaires s’inscrit dans le cadre de la stratégie de diversification des sources de croissance du pays et de la réduction du coût de la vie.