Réagissant le 28 juillet à Libreville sur l’incendie d’un véhicule de police à Port-Gentil, le Porte-parole du Parti démocratique gabonais (PDG), Clémence Mezui Me Mboulou, a condamné ces «actes de violence et de défiance» en appelant les hommes politiques à la raison.

Clémence Mezui, l’un des porte-paroles du Parti démocratique gabonais, le 28 juillet 2017 à Libreville. © Gabonreview

 

Le 27 juillet, un communiqué du ministère de l’Intérieur avait annoncé l’incendie d’une fourgonnette de la police, stationnée devant la base vie de l’Etat-major des Polices d’intervention (Empi) de Port-Gentil, dans la nuit du 26 au 27 juillet 2017. Face à cette situation, et dans le contexte politique actuel, marqué par la crise sociopolitique assortie de suspicion, le PDG a tenu à condamner cet acte et interpeller la classe politique.

Dans sa communication, le Porte-parole du PDG a condamné ces actes « de violence et de défiance qui ont tendance à se multiplier dans notre pays». Selon Clémence Mezui, «derrière le geste déjà condamnable, il y a la démarche de rejet des valeurs de concorde, d’union, de respect de l’autre, de fraternité et de patriotisme». Valeurs qui, selon le parti au pouvoir, «fondent notre chère patrie et qui doivent demeurer cher au cœur de chaque Gabonais».

Justifiant l’opportunité de cette déclaration, le membre du PDG a fait remarquer qu’«aucun Gabonais, aucun ami du Gabon ne peut rester indifférent devant la volonté manifestée par ceux qui, en se posant en voyous antipatriotes et ennemis du Gabon veulent voir voler en éclat notre vivre ensemble».

Pour sauvegarder cet essentiel, le Porte-parole du PDG a appelé tous les hommes politiques à la raison, en leur demandant également de «condamner publiquement et fermement tous les discours, tous les actes, toutes les démarches, tous les manifestations dont l’objectifs vise à diviser les Gabonais». Cette démarche vise à mettre les hommes politiques gabonais devant leurs responsabilités, dont la première est d’éviter que s’installe sur notre sol un engrenage de violences.

Encourageant le gouvernement à poursuivre son action et surtout «à intensifier ses efforts afin de répondre aux attentes pressentes et légitimes de la population», Clémence Mezui a précisé que le PDG exhorte les forces de sécurité à prendre leurs responsabilités, en assurant la sécurité des personnes et des biens.