Connu pour être proche de l’opposant Jean Ping et farouchement opposé au pouvoir, Féfé Onanga a vu sa maison partir en fumée, le 17 juin 2018 à Port-Gentil. Simple accident ou acte de vandalisme?

Féfé Onanga sur les ruines de sa maison incendiée. © D.R.

 

Président du Mouvement populaire des radicaux (MPR) et soutien indéfectible de l’opposant Jean Ping, Féfé Onanga a été victime d’un incendie, le 17 juin. Dans la nuit du samedi 16 au dimanche 17 juin, la maison de ce militant de l’opposition, située au quartier Grand-village, dans le 3e arrondissement de Port-Gentil, a été entièrement consumée.

Selon plusieurs témoignages, le feu se serait déclaré aux environs de 21 heures, aucun membre de la famille n’était à la maison. «J’ai été appelé nuitamment aux environs de 21 h30. Je me trouvais à un décès. On m’a dit que chez moi avait pris feu. Lorsque j’arrive les flammes étaient partout. Je n’ai pu rien récupérer, même pas une aiguille», a raconté Féfé Onanga sur une vidéo diffusée sur Youtube.

«Ce qui est surprenant est que les vitres de la fenêtre de ma chambre ont été cassées et c’est de là où provient le feu», a affirmé le président du MPR avant d’ajouter qu’il s’agit d’un «incendie criminel». Indignation, stupeur et consternation ont vite gagné les partisans de cet homme politique qui rend grâce à Dieu, parce que ni sa femme ni ses enfants n’étaient à la maison.

Beaucoup d’entre eux estiment que ce drame est d’origine criminelle. «Ce drame est la parfaite illustration du climat général d’insécurité dans un pays en proie aux disparitions forcées, aux exécutions extrajudiciaires et aux crimes rituels, et des menaces réelles qui pèsent sur les activistes politiques gabonais, en lutte contre le régime cinquantenaire du clan Bongo», a commenté le Réseau des organisations libres de la société civile pour la bonne gouvernance au Gabon (ROLBG), dans un communiqué.

Le ROLBG «dénonce avec la dernière énergie, les forces obscures qui auraient pu être impliquées dans la planification et la mise en œuvre éventuelle de cet acte criminel» et appelle le procureur de la République de Port-Gentil «à tout mettre en œuvre pour la manifestation de la vérité sur les mobiles de cet incendie qui inquiète les défenseurs des droits de l’Homme au Gabon».

Une chaîne de solidarité a été engagée sur les réseaux sociaux dans le but de soutenir le président du MPR et sa famille.