La direction générale des Impôts (DGI) envisage de lancer un programme télévisuel dans les prochains jours, dont l’objectif est de sensibiliser les populations au «civisme fiscal».

© Le Huffington Post

 

Au Gabon, les finances se font de plus en plus rares. Depuis ces derniers mois, les autorités cherchent des voies et moyens pour renflouer les caisses de l’Etat. Une des solutions envisagées : le retour à une véritable politique d’imposition aux contribuables. Problème. Depuis plusieurs années, le laxisme de l’administration publique aidant, beaucoup ont oublié les bonnes manières. Peu d’opérateurs économiques, par exemple, paient leurs impôts. C’est précisément pour en finir avec ce comportement que la direction générale des Impôts (DGI) entend lancer dans les prochains jours, sur les télévisions nationales, un programme à vocation pédagogique sur «la sensibilisation au civisme fiscal».

Ce programme télévisuel, une mini-série, expliquera «ce qu’est l’impôt, à quoi il sert et comment remplir ses obligations fiscales en toute simplicité», a annoncé Sylvestre Oyoumi-A-Loury, chef du service Relations publiques à la DGI. Le programme dressera le portrait des «citoyens ordinaires» et questionnera la relation que ceux-ci entretiennent avec l’impôt. Pour la DGI, ce projet est un des plus sérieux : «il a l’ambition de faire évoluer les mœurs sur la nécessité de consentir spontanément au paiement de l’impôt au Gabon». D’autant que «l’adhésion du plus grand nombre au paiement de l’impôt permet d’élargir l’assiette fiscale. Et cet élargissement constitue un ballon d’oxygène pour le budget de l’Etat, et partant pour les finances publiques». Il s’agit donc, a rappelé Sylvestre Oyoumi-A-Loury, d’«un sujet d’intérêt général». Toutefois, à la DGI, on assure que ce projet de mini-série télévisée n’est pas «dicté par la conjoncture défavorable que traverse actuellement notre pays». On a pourtant du mal à le croire.

Selon la DGI, «le civisme fiscal s’entend comme l’accomplissement volontaire par les contribuables de leurs obligations fiscales. Obligation de déclarer l’ensemble de ses revenus et de payer ses impôts à bonne date». Parmi les catégories socioprofessionnelles concernées, l’on cite les fonctionnaires, les dépositaires de l’autorité de l’Etat, les opérateurs économiques régulièrement établis au Gabon et ceux évoluant dans l’informel.