Désavoué par ses pairs, y compris sur le plan national, l’inventeur du produit pharmaceutique à base de DHEA censé entrer dans le traitement de plusieurs maladies, à l’instar du Sida, annonce la sortie prochaine d’un livre explicatif.

Le Pr Donatien Mavoungou, inventeur de l’Immunorex DM28. © D.R.

 

Depuis l’invention de l’IM28-Immunor et la mise sur le marché de l’Immunorex DM28, le Pr Donatien Mavoungou n’a pas cessé d’être la cible de vives critiques. Au Gabon, l’invention du biochimiste originaire de Ndendé n’a pas connu plus de succès auprès de ses pairs chercheurs du Cenarest. Mieux, en avril 2017, dans un communiqué parvenu à Gabonreview, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et l’Onusida avaient clairement mis en garde contre la commercialisation et la prescription du produit. Les deux organismes avaient indiqué que «l’Immunorex (connu aussi sous le nom DM28) n’est pas un médicament recommandé (…) pour le traitement de l’infection à VIH». Aussi, avaient-ils ajouté qu’«il n’existe actuellement aucun vaccin ou traitement curable du VIH».

Seulement, le Pr Donatien Mavoungou et ses partenaires de l’Institut international pour le développement et le soutien à la recherche scientifique innovante (IIDSRSI) croient en leur produit. Plus d’un an après la suspension de la commercialisation de l’Immunorex DM28 en République démocratique du Congo, et alors que le produit fait encore l’objet de «diabolisation» par une partie de l’opinion, son inventeur veut s’expliquer. Il a choisi l’écriture pour le faire. Un livre est annoncé pour les prochaines semaines.

Publié aux Edition Thierry Sajat, le livre «Immunorex DM28 – Approche thérapeutique anti-VIH par le contrôle du stress oxydatif de la formation à l’observation», 241 pages, «retrace l’histoire de l’élaboration du médicament», lit-on sur la page Facebook dédiée au produit pharmaceutique. L’auteur va «de la genèse à l’industrialisation, décrivant l’ensemble des études, essais et résultats obtenus. Sans oublier les peaux de bananes développées par quelques détracteurs souhaitant ralentir ou interdire sa distribution».