Suite à la nouvelle législation française en matière d’immigration, la Convention de la diaspora gabonaise (CDG) organise, le 28 octobre à Paris, une conférence-débat sur le thème «Droits et devoirs des Gabonais en France».

Des Gabonais de France pendant une marche initiée par la CDG, dans le cadre de la contestation contre le régime d’Ali Bongo. © cdg-gabon.com

 

A l’initiative de la Convention de la diaspora gabonaise (CDG), une conférence-débat sur le thème «Droits et devoirs des Gabonais en France» sera organisée le 28 octobre à Paris. Une rencontre à laquelle l’entité fédérative et associative non partisane a vivement convié la communauté gabonaise de France.

Au regard de la méconnaissance criarde des compatriotes gabonais résidants en France, indiquent les organisateurs de la conférence-débat, «ils (les Gabonais de France, ndlr) méritent d’être informés de la manière dont ils pourraient régulariser leurs situations administratives». Cette rencontre sera aussi l’occasion d’informer les Gabonais de France sur la procédure de demande d’asile.

Cette question intéresse notamment «Les populations quittant le Gabon car menacées pour leurs opinions politiques vis-à-vis du régime illégitime au pouvoir. Et celles qui vivent en France et qui ne peuvent plus rentrer au Gabon car s’étant illustrées farouchement contre le régime dictatorial d’Ali Bongo qui pourchasse tous les citoyens engagés dans la société civile s’opposants à sa forfaiture et à son coup d’Etat électoral et constitutionnel», a indiqué la CDG.

Par ailleurs, cette rencontre de sensibilisation est consécutive à l’alourdissement de l’arsenal juridique français concernant les questions migratoires. En témoigne la nouvelle législation datant du 7 mars 2016 relative au droit des étrangers en France. Celle-ci a notamment modifié en profondeur les règles en matière de délivrance de titres de séjour et d’éloignement des étrangers.

«Il est important que chaque résistant gabonais sécurise son séjour en France, c’est pourquoi il nous semble indispensable d’apporter le maximum d’informations à nos compatriotes résistants mais également à l’ensemble de notre communauté», a confié le secrétaire exécutif de la CDG. «Nombreux sont ceux qui vivent dans la peur car ils se retrouvent en situation irrégulière, sans réelle information et parfois dans un isolement effroyable. À ceux-là, je dis simplement que des solutions existent», a rassuré Patrick Mavila.

Cette conférence-débat s’inscrit dans le cadre du cycle de conférences de conscientisation citoyenne de la CDG. Pour sa sortie du 28 octobre à Paris, cette fédération d’associations non partisanes s’est entourée de nombreux juristes gabonais, dont un avocat spécialisé sur les questions migratoires.