Une opération des garde-côtes turcs au large des provinces de l’ouest d’Izmir et de Canakkale a révélé la présence des ressortissants gabonais parmi les 224 sans-papiers, actuellement détenus par la police.

Les immigrants détenus par les garde-côtes turcs. © AA

 

Les garde-côtes turcs ont annoncé le 24 juillet avoir appréhendé récemment 224 sans-papiers, au large des provinces de l’ouest d’Izmir et de Canakkale, tentant de traverser illégalement la Grèce. L’information a été relayée par l’Agence Anadolu (www.aa.com.tr).

Cette opération conduite en trois phases a permis de révéler les différentes nationalités de ces hommes et femmes, en quête de bien-être au péril de leur vie. Il s’agit des ressortissants syriens, irakiens, afghans, somaliens, gabonais, gambiens et maliens. Le nombre selon les origines n’a pas été communiqué.

Selon les services de sécurité, les 224 migrants ont été orientés vers les bureaux provinciaux des services de migration dans les deux provinces, en attendant d’être fixés sur leur sort.

La Turquie est devenue depuis 2011 une des principales routes pour les réfugiés qui tentent de traverser l’Europe, en particulier depuis le début de la guerre civile en Syrie. Parmi les migrants détenus en 2017 en Turquie, la majorité vient du Pakistan (environ 15 000), de l’Afghanistan (environ 12 000) et la Syriens (environ 10 000).