Cette histoire invraisemblable relayée par le quotidien L’union, se passe à Port-Gentil où deux jeunes gens, ayant vécu une histoire d’amour couronnée d’une progéniture, ont décidé de s’unir devant Dieu et devant les hommes. Ils étaient frère et sœur.

Couple africain Gabon

Après des années de concubinage, ce jeune couple qui réside à Libreville a décidé de s’unir définitivement. Les deux tourtereaux qui ont eu plusieurs enfants et ne voulaient rien laisser au hasard, se sont rendus à Port-Gentil où réside le père de la femme afin que l’homme puisse demander la main de celle-ci et la bénédiction de son beau-père.

Arrivés dans la ville pétrolière, ils se sont directement transportés chez le père de la jeune femme. Au terme des salutations et autres civilités d’usage, une réunion a été convoquée avec quelques personnes au domicile du père de la femme, un vieil enseignant à la retraite, âgé de 79 ans.

L’enthousiasme des retrouvailles était de mise tant que la jeune femme racontait sa vie avec son concubin, pour enfin aboutir à l’objet de leur visite. Invité à se présenter, le fiancé s’est résolu à décliner sa généalogie, au terme de quoi, le père de la fiancée a baissé la tête, abattu. L’année et le lieu de naissance du prétendant au mariage mais aussi le nom de la mère du jeune homme, l’ont interloqué durant un bon moment, plongeant de ce fait toute la maisonnée dans le silence.

Le vieillard finira par se relever timidement pour reconnaitre qu’il avait eu un fils durant l’année de naissance de celui qui était devant lui, d’une femme du nom indiqué. Il avait été affecté dans une autre région du pays pour accomplir son service, alors que l’enfant n’avait que six mois. Et, dans cette nouvelle province d’affectation, il a eu, avec une autre femme, la jeune femme venue lui présenter son fiancé qui, du coup, s’avérait être son frère.

Un long silence va encore alourdir l’air avant qu’un autre sage présent à cette réunion ne prenne la parole pour aplanir ou dissiper le choc. Son intervention se résumera à indiquer que les temps ont changé, les choses ont évolué tout comme les coutumes ne sont plus si exigeantes. Pour lui, ces jeunes avaient vécu ensemble depuis longtemps. Ils avaient déjà eu des enfants, tout cela ignorant leur fratrie. On ne pouvait donc pas leur refuser de s’unir.

Reste à savoir ce qu’en dira la loi qui interdit l’inceste sans exceptions notables… si elle décide de s’intéresser à ce dilemme.