Le groupe Todoroki a animé un concert de musique traditionnelle japonaise, le 25 octobre, à l’Institut français du Gabon. L’évènement s’inscrit dans le cadre des activités culturelles organisées par la fondation du Japon au Gabon.

Kishida Koji et Shingo sur scène à l’Institut français, le 25 octobre 2018. ©
Gabonreview

 

Venu du Japon et composé du flutiste Kishida Koji et du batteur Shingo, le groupe Todoroki (grondement) a donné un concert de bonne facture, le 25 octobre à Libreville, à l’Institut français du Gabon.

Tout au long de la soirée, Kishida Koji et son compagnon ont émerveillé les mélomanes, avec des sonorités puisées dans l’essence de la culture japonaise.

La prestation maitrisée de ces deux virtuoses a permis de faire découvrir aux spectateurs la velouté du folklore nippon, dans une exécution très nuancée. En guise de cerise sur le gâteau, le flutiste Kishida Koji a repris la Concorde, l’hymne nationale du Gabon.

Ce moment de partage a été salué par l’ambassadeur du Japon au Gabon. «La musique est le langage universel qui réussit à franchir les barrières entre les peuples», a déclaré Masaaki Sato.

Cette soirée dédiée à la musique traditionnelle japonaise est organisée par la Fondation du Japon, dans le cadre de ses activités culturelles. Les deux musiciens effectuent actuellement une tournée internationale en tant qu’ambassadeurs de la culture japonaise. Cotonou (Benin) et Rome (Italie) constituent leurs prochaines étapes.

Auteur : Jean-Thimothé Kanganga