Disposant d’une douzaine de médecins spécialistes à ne savoir quoi en faire, la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) envisage de les mettre à la disposition du ministère de la Santé, en vue d’améliorer l’accès aux soins des populations à l’intérieur du pays.

Les médecins spécialistes de la CNSS, bientôt mis à la disposition du ministère de la Santé. © Radio-Canada.ca

 

La CNSS dispose d’un panel de plusieurs médecins spécialistes. Seulement, depuis la rétrocession des hôpitaux placés sous sa tutelle à l’Etat, en octobre 2013, la structure dirigée par Dr Nicole Assélé ne sait pas quoi en faire. Ces cinq dernières années, ces médecins sont réduits à de simples tâches d’infirmiers dans les Centres d’actions sanitaires et sociales (CASS) et Centres médico-sociaux (CMS) à travers le pays. La direction générale réfléchit à les rendre plus utiles, en les mettant à la disposition du ministère de la Santé. Cette mise à disposition, estime la CNSS ce vendredi 6 avril, vise à «renforcer les capacités de prise en charge médicale des patients dans les hôpitaux de l’Etat à l’intérieur du pays».

Le ministère de la Santé et la CNSS, lors d’une récente réunion sur la question, à Libreville. © Com.CNSS

Récemment, un groupe de travail réunissant des représentants de la CNSS et ceux du ministère de la Santé a été mis en place, dans le but de réfléchir à l’éventualité de cette mise à disposition. Il s’agit pour les deux parties de parvenir, sous quinzaine, à l’adoption d’un projet d’accord-cadre portant convention de partenariat entre le ministère de la Santé et la CNSS.

«Cet accord cadre, précise la CNSS sur son compte Facebook, devrait naturellement prévoir des passerelles pour la mise en route d’un programme de renforcement des capacités des plateaux techniques dans les hôpitaux publics, ainsi que d’autres mécanismes d’accompagnement et d’incitation à la productivité, afin que les médecins concernés s’expriment sereinement.»

A ce jour, 13 médecins spécialistes émargent à la CNSS. Ils interviennent, entre autres, en pédiatrie, gynécologie, ORL, gynécologie obstétrique, anesthésie réanimation, hématologie, stomatologie, chirurgie pédiatrique et en ophtalmologie.