Dans un post publié sur son compte Facebook, le 1er août, le ministre du Budget s’est exprimé sur la récente sortie de certaines personnalités proches du chef de l’Etat. Sans s’attaquer singulièrement à un quelconque groupe, Mathias Otounga a dénoncé «des postures sectaires» autour d’Ali Bongo.

Mathias Otounga Ossiadjouo, à l’époque ministre de la Défense nationale. © TSgt / Brian Kimball

 

Dans un post sur sa page Facebook, le 1er août, Mathias Otounga s’est exprimé sur la sortie de cinq personnalités considérées comme les hommes du président. Sans s’appesantir sur un aspect quelconque de cette actualité, il a déclaré que le «président Ali Bongo Ondimba a été élu pour 7 ans» et qu’il est «encore le président de tous les Gabonais».

«Il a prêté serment de servir tous les Gabonais», a-t-il écrit, ajoutant qu’autour de lui, ils doivent «avoir comme unique rôle de l’aider à reconstruire l’unité des Gabonais mise à rude épreuve», «l’aider à s’élever et à demeurer au-dessus de la mêlée». Ministre de la Défense nationale au moment des heurts relatifs à l’issue de l’élection présidentielle du 27 août 2017, l’actuel ministre du Budget dit admirer le président qui, au plus fort de la crise, a refusé, selon lui, de «décréter un couvre-feu, montrant ainsi son respect des libertés individuelles».

Dans le même temps, il a expliqué que le président l’encourageait à circuler dans la ville pour rassurer les citoyens. «Ce président qui, contre toute attente, a choisi Port-Gentil pour sa première sortie postélectorale, en dépit des mauvais résultats obtenus là-bas», a-t-il mentionné, précisant encore qu’«Ali est le président de tous les Gabonais». Après ces réminiscences, Mathias Otounga Ossibadjouo interpelle : «évitons de l’enfermer dans des postures sectaires». «Mon combat est de l’aider à re-fraterniser les Gabonais des 9 provinces», a-t-il assuré.

A la lecture de ce post de l’ancien ministre de la Défense et cadre du Parti démocratique gabonais (PDG), certains estiment qu’il s’agit là d’un écho clair, en réponse à la récente conférence de presse de certains proches d’Ali Bongo. Le natif d’Okondja serait ainsi en «désaccord total» avec la manière optée par Alain-Claude Billie-By-Nzé, Pacôme Moubelet, Blaise Louembe, Simon Ntoutoume Emane et Ali Akbar Onanga Y’Obégué, le 28 juillet dernier, pour défendre leur camp politique et surtout leur chef de file, le président Ali Bongo, face aux diverses sorties du camp de l’opposition.

Même s’il ne cite aucun nom dans son post, la beaucoup perçoivent cette sortie du membre du PDG, l’expression d’un «malaise profond» au sein de cette formation politique dans laquelle «certains cadres prôneraient de plus en plus des méthodes fortes face à l’opposition incarnée par Jean Ping et par conséquent contre une bonne partie de la population».

Mathias Otounga voudrait certainement, à travers ce post, se désolidariser de cette ligne de défense et afficher son désaccord avec les autres membres de la galaxie présidentielle sur «la façon de protéger le président». «Les autres en font trop et mettent à mal le président sans s’en rendre compte», susurre un proche de Mathias Ossibadjouo.