Le ministre de la Promotion des investissements privés, du Commerce, du Tourisme et de l’Industrie, Madeleine Berre a officiellement lancé le 2 février 2017 à l’Espace PME, la réunion des cellules spécialisées du Haut conseil pour l’investissement (HCI), en vue d’élaboration d’un plan de réforme pour l’amélioration du cadre d’investissement national.

Les ministres Madeleine Berre et Biendi Maganga Moussavou présidant un des ateliers. © Gabonreview

 

La première étape du dialogue avec les acteurs du secteur public (les ministres, les directeurs généraux des administrations centrales, des directeurs généraux du secteur privé), a été lancé le 2 février dernier au sein de l’Espace PME. Prévu sur un mois, il vise à travers l’implication des différentes cellules spécialisées, à mettre en place une plate-forme de discussion du dialogue public-privé autour du président de la République.

© Gabonreview

Ces rencontres préparatoires du Haut conseil pour l’investissement plancheront, au sein de quatre ateliers-thématiques, des thématiques tels que : l’environnement des affaires, le cadre de l’investissement; le système financier (financement de l’économie) ; les mécanismes et les outils d’investissement et partenariat public-privé.

«Ces questions-là, nous devons en débattre avec les acteurs qui vont nous accompagner dans la mise en œuvre du plan de relance économique qui est actuellement en cours de réflexion au sein du gouvernement, notamment autour du Premier ministre. On se met tous ensemble pour réfléchir et ensemble, nous identifierons les reformes», a indiqué Madeleine Berre précisant qu’ «il ne s’agit pas pour le secteur public d’absorber l’intégralité des suggestions qui sont faites par le secteur privé, mais d’identifier finalement les axes de la réforme qui pourront nous permettre de promouvoir le HCI».

Mis en place par décret en février 2014, placé sous l’autorité du président de la République, le HCI a pour missions principales d’arrêter les orientations liées à la mise en œuvre de la politique d’investissement, de suivre l’exécution de la stratégie nationale de promotion des investissements, d’instruire toute adaptation nécessaire aux évolutions constatées en matière d’investissements, de susciter des mesures incitatives cohérentes pour l’investissement et de s’assurer de l’exécution par le Gouvernement de ses orientations.