Le premier hackathon sur la modernisation du système de santé au Gabon a démarré ce lundi 17 septembre à Libreville. Neuf idées de projet seront retenues à l’issue de cette première journée.

Des compétiteurs en pleine discussion, le 17 septembre 2018, à Libreville. © Gabonreview

 

Des compétiteurs en pleine discussion, le 17 septembre 2018, à Libreville. © Gabonreview

Passée la journée idéation (Inspiration Day) du 15 septembre, le hackathon organisé par le projet «eGabon», en collaboration avec le cabinet Evolving Consulting, est entré dans le vif ce lundi 17 septembre. 100 participants, dont des développeurs, des étudiants et des professionnels du secteur numérique, prennent part à cette compétition chronométrée qui dure 48 heures. Pour cette première journée, une première sélection des 9 meilleures équipes est déjà attendue, trois dans chacune des catégories : «Santé connectée», «Santé éducation & prévention», et «Santé & fintech».

Pour Reine Mbang Essobmadje, responsable à Evolving Consulting, il s’agira en effet d’identifier 9 équipes sur la base de «la maturité de leurs idées, la solidité de leurs groupes, l’impact social et sociétal et le caractère innovant de leurs idées». Ces différents projets devront répondre au principal objectif du hackathon : participer à la modernisation du système de santé au Gabon. Le choix du thème de la compétition est loin d’être anodin, assurent les organisateurs. D’abord parce que «la santé est le premier pilier du projet «eGabon»», et ensuite parce que les pays africains et le Gabon en particulier font face à diverses difficultés en matière de santé publique, alors que peu de solutions numériques existent, y compris dans la prise en charge des personnes bénéficiant d’assurances maladie.

C’est d’ailleurs pour expliquer le schéma directeur de la santé au Gabon et présenter les différents projets et ambitions du gouvernement gabonais en matière de eSanté que le Pr Cheick-Oumar Bagayoko, expert eSanté, est intervenu, samedi dernier au siège de la Société d’incubation numérique du Gabon (SING) à Libreville. Cyriaque Didier Kouma, secrétaire général de la Cnamgs, a également entretenu les participants sur les défis auxquels sa structure est confrontée en matière d’innovation numérique. Ces deux interventions visaient à inspirer et à orienter les travaux des équipes durant la compétition.

S’agissant des 9 équipes qui seront sélectionnées au terme de la première journée, leur aventure va se poursuivre jusqu’à la journée suivant, «pour mieux structurer et mieux affiner leurs projets». Ce n’est que le 19 septembre que seront connus les trois lauréats qui bénéficieront d’un soutien financier, dont l’utilisation, prévient Reine Mbang Essobmadje, sera sous le regard d’un comité de surveillance. L’objectif étant de parvenir à la réalisation effective du projet et de la mise sur le marché des solutions numériques primées.