Alors qu’on pensait les offres de parcelles de terrains et la fabrication des matériaux de construction à bas coût réservées aux seules populations de Libreville, le gouvernement envisage de s’intéresser davantage aux Gabonais de l’intérieur du pays. Des études d’urbanisme seront bientôt lancées dans 9 villes.

Josué Mbadinga, le ministre d’Etat en charge de l’Habitat, a pensé aux «oubliés» de l’intérieur du pays. © Gabonreview

 

Si elles se considéraient comme les «oubliés» des projets gouvernementaux en termes d’urbanisme et d’habitat, les populations de 9 villes de l’intérieur du pays (Franceville, Lambaréné, Mouila, Tchibanga, Makokou, Lastourville, Koulamoutou, Port-Gentil et Oyem) devraient bientôt se réjouir d’être pris en compte. Le ministère de l’Habitat, de la Ville et de l’Urbanisme envisage d’ouvrir dans quelques mois des parcelles viabilisées auxquelles elles pourront accéder moyennant un coût qui sera fixé au terme des travaux de viabilisation.

Le 15 décembre, le gouvernement, par l’entremise du Centre technique de l’Habitat (CTH), a lancé un appel à manifestation d’intérêts visant la conception et l’aménagement des lotissements pour la production des parcelles à l’intérieur du pays. Un projet qui entre dans le cadre de «la mise en œuvre effective des prescriptions gouvernementales dans le Plan de relance économique (PRE)» et dans «la perspective de contribuer substantiellement à la résorption du déficit en parcelles viabilisées (et) en logements décents».

Les entreprises de BTP nationales et internationales sollicitées auront pour mission de «réaliser des études d’urbanisme et l’aménagement des différents lotissements répartis en 8 lots et affectés pour les besoins du CTH dans la ville de Lastourville et l’ensemble des capitales provinciales de l’intérieur du pays», explique le ministère de l’Habitat. Ce dernier précise que «les objectifs visés par ces travaux s’articulent autour de la production des parcelles viabilisés de 500 m2 avec titre foncier chacune afin de les mettre à la disposition des populations». Au terme des travaux, l’Etat gabonais espère viabiliser plus de 273,8 hectares de terrain pour offrir 4 376 parcelles au total aux populations des 8 villes.

Dans le cadre du même projet, le gouvernement envisage la construction des unités de production des matériaux locaux dans les différentes villes prises en compte. Il s’agit précisément de permettre l’accès à «des matériaux de construction fiables et à bas coût au profit des populations défavorisées et des opérateurs économiques». Pour Josué Mbadiga, le ministre d’Etat en charge de l’Habitat, ce projet répond à l’objectif n°20 du Plan stratégique Gabon émergent (PSGE), qui entend «garantir un logement décent pour tous» d’ici à 2025.