La visite effectuée le 27 juillet à l’Agence nationale de la promotion des investissements (ANPI) par Liban Soleman, le président du Conseil d’administration de la structure, révèle que le Gabon enregistre une embellie, en matière de guichet de l’investissement, avec une moyenne de 94% d’entreprises créées en moins de 48 heures au 30 juin 2018.

Liban Soleman (en tête de table) au cours d’une séance de travail à l’ANPI, le 27 juillet 2018. © Gabonreview

 

Pour une séance de travail, le président du Conseil d’administration de l’Agence nationale de la promotion des investissements (ANPI) s’est rendu au guichet d’investissement.

La descente visait à «vérifier de l’effectivité des services apportés aux investisseurs en matière de mise en place  d’un service express permettant d’obtenir une fiche d’enregistrement dans un  temps réduit, conformément aux orientations données au premier trimestre dernier pour rendre le bureau de formalisation du guichet performant », a expliqué Liban Soleman.

© Gabonreview

À l’issue de la visite, il ressort que le bureau de formalisation du guichet de l’investissement a réalisé de notables progrès. Ce service dont le rôle est d’intégrer les six administrations intervenant dans la création des entreprises, est passé ainsi d’un taux de 12% des entreprises créées en moins de 48heures au 15 janvier 2018 à 94% des entreprises crées en moins de 48heures au 30 juin de la même année.

Selon Bertrand Matteya, le directeur de formalisation et du développement des entreprises à L’ANPI, «plus de 27 procédures administratives dont été assouplies contrairement au 15 janvier».

Pour les usagers, ces améliorations sont également réelles. «Les choses ont considérablement changé ici. Les procédures de création d’une entreprise deviennent de plus en plus souples. En moins de 48 heures vous êtes servi et votre entreprise est créée», a déclaré un créateur d’entreprises, Ange Zue Tongo.

Visiblement réjouit, le PCA de l’ANP estime, pour sa part, que cette performance constitue «un réel motif de satisfaction pour le Gabon. D’autant qu’elle permettrait d’améliorer la notation du pays  sur l’amélioration des affaires lors du prochain Doing Busines, basé sur les pays réformateurs d’Afrique. Ce qui permet d’intégrer le Gabon dans le cercle fermé des pays où une entreprise peut être créée en de 48 heures.»

Loin de se satisfaire de ces taux, Liban Soleman a fixé les nouveaux défis à relever dans les trois prochains mois ; parmi lesquels, le déploiement de l’ANPI sur l’ensemble du territoire, la réforme des structures représentatives en passant par un processus de matérialisation. De même, il a proposé la mise en place d’un système d’information, l’accélération des  réformes structurelles et de nomenclature des différents administrations afin d’harmoniser le système.

Auteur : Jean-Thimothé Kanganga