Exacerbés par le non-paiement de primes, les agents des régies financières ont suspendu les activités pour une durée de 72 heures, afin de d’inviter le gouvernement aux négociations. Cette suspension pourrait déboucher sur une grève illimitée si aucune solution viable n’est trouvée.

Les agents des régies financières lors de l’assemblée générale le 1er aout 2017. © DR

 

Dans 4 jours, s’ils n’ont pas perçu leurs primes, les agents des Régies financières affiliées à l’Intersyndicale des Douanes Impôts Trésor et hydro carbures déclencheront une grève illimitée.

C’est l’avertissement qu’ils ont donné au gouvernement au cours d’une assemblée générale, tenue le 1er août à Libreville, pour le contraindre à payer les primes accumulées depuis près de trois mois. L’ultimatum a été suivi d’une suspension des activités pour une durée de 72 heures.

Cette suspension pourrait, selon le président de l’Intersyndicale, déboucher sur une grève illimitée si les agents ne perçoivent pas les primes dans cet intervalle de temps.

«L’assemblée générale a été claire, nette et précise. Elle nous a exhortés d’aller aux négociations avec le gouvernement, mais avec une question préjudicielle liée au paiement des primes dans 72 heures. Si dans cet intervalle de temps les primes ne sont pas payées, une autre assemblée sera convoquée et on va déclencher une grève générale illimitée», a déclaré Wilfried Eris Essie Allas.

La décision de suspendre les activités pendant trois jours intervient, selon le président de l’intersyndicale, à la suite d’une négociation intervenue il y a quelques jours. Au regard des échanges qu’ils ont eus avec le gouvernement, Wilfried Eris Essie Allas juge cette rencontre infructueuse. D’autant que pour lui, «aucune solution concrète ou des gages de paiement de primes ne leur ont pas été donnés».

Auteur : Jean-Thimothé Kanganga