Sur les trois mois de salaire dus au personnel, la direction générale de La Poste S.A. dit avoir lancé le paiement de deux mois, ayant permis d’en finir avec la récente séquestration des émoluments des fonctionnaires par les membres du Synaposte.

Des agents de La Poste S.A. affiliés aux Synaposte au piquet de grève (archives). © Gabonactu.com

 

Plusieurs heures durant, les fonctionnaires dont les comptes bancaires sont domiciliés à La Poste S.A. ont éprouvé des difficultés à entrer en possession de leurs émoluments le 24 août dernier. A Libreville, leurs salaires avaient été séquestrés par les agents de l’entreprise publique affiliés au syndicat-maison, le Synaposte. Ils réclamaient le paiement de trois mois d’arriérés de salaire. Selon la direction générale, la revendication des syndicalistes a été satisfaite. Du moins en partie.

Selon Jean Christophe Makanga, inspecteur coordonnateur à La Poste S.A., le même jour du mouvement d’humeur initié par les membres du Synaposte, «l’Etat s’est attelé à faire un effort supplémentaire» à l’endroit des agents. Depuis le vendredi 24 août, les agents de La Poste S.A. auraient tous perçu deux mois de salaire sur les trois qui leur sont dus par l’entreprise en proie à une grave crise financière et sociale depuis plus de deux ans.