Trois jours après avoir enclenché la grève illimitée, le Syndicat des professionnels de la sécurité sociale (Sypross) a reçu le 28 septembre le soutien de la centrale syndicale Dynamique unitaire.

© D.R.

 

Le Syndicat des professionnels de la sécurité sociale (Sypross) a reçu un soutien de taille, celui de Dynamique unitaire. Par le biais d’une note datée du 28 septembre, la centrale syndicale apporte son soutien à ce syndicat de la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) aux professionnels de la sécurité sociale en grève illimitée depuis le 25 septembre.

Dynamique unitaire justifie cet acte par «la non prise en compte et le mépris affiché par la direction générale de la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) à trouver des réponses aux revendications du Sypross».

Parmi ses revendications, le Sypross dénonce les recrutements massifs observés à la CNSS avec la multiplication des postes à responsabilité depuis le 25 août, le licenciement abusif des techniciennes de surface, l’affectation des délégués syndicaux du Sypross, le non-paiement de l’allocation congé aux techniciennes de surface et le paiement tardif de ladite allocation à l’ensemble des agents, ainsi que la tentative de remise en cause du 13e mois.

Le Sypross avait accordé un délai de 11 jours à la direction générale de la CNSS pour entamer les discussions. Cette proposition n’a guère prospéré. En plus du refus de négocier avec le Sypross, la direction générale de la CNSS aurait, selon Dynamique unitaire, aurait intimidé les syndicalistes par des demandes d’explication, tout en brandissant des menaces de suspension de salaires aux responsables syndicaux.

Pour Dynamique unitaire, cette méthode «constitue une entrave à l’exercice du droit syndical et du droit de grève reconnus par les textes internationaux et nationaux (les conventions de l’O.I.T n° 87, 98, 135, la constitution de la République gabonaise, le code du travail)».

Auteur : Jean-Thimothé Kanganga