Le bureau de poste de Kango aurait été victime d’une attaque au terme de laquelle 17 millions de francs ont disparu. Braquage ou simulation ? Les responsables de La Poste SA attendent les conclusions de l’enquête.

Image à titre purement illustratif. © wat.tv

Image à titre purement illustratif. © wat.tv

 

La Poste SA semble loin de renouer avec la quiétude. Et pour cause : après les récentes tensions de trésorerie ayant occasionné la quasi-cessation de payement, puis le retard dans le versement des salaires du mois de novembre, elle vient de faire les vrais d’un «braquage» de 17 millions de francs.

Selon les informations recueillies auprès de la cellule communication de l’entreprise, l’acte s’est produit dans la matinée du 26 novembre courant à 7 h 30. À cette heure-là, le chef du bureau de Kango, en poste depuis seulement un mois, aurait été séquestré par des braqueurs qui ont réussi à s’introduire dans un édifice dépourvu d’agent de sécurité.

Afin de faire la lumière sur cette rocambolesque histoire et taire toutes les idées préconçues, le responsable du bureau de poste, aurait été entendu par les gendarmes de Kango. Le P-DG de l’entreprise, pour sa part, a dépêché deux équipes dans cette ville pour s’enquérir de la situation. Une plainte contre X a été déposée, le 27 novembre courant. Michaël Adandé a également exigé la mise en place d’une commission qui aura pour mission de déployer le personnel «cadre» dans les agences pour une meilleure gestion de celles-ci et de repenser la sécurité afin d’éviter ces incidents qui ne sont pas nouveaux dans cette entreprise.