Dans un post sur sa page Facebook, ce matin, le président d’Union & Solidarité (US) prend à contrepied certains de ses proches qui, le week-end écoulé ont prétendu qu’il avait une nouvelle fois décliné la proposition d’entrer au gouvernement.

Jean de Dieu Moukagni-Iwangou, président de l’US. © D.R.

 

Jean de Dieu Moukagni-Iwangou, le nouveau ministre d’Etat chargé de l’Enseignement supérieur, fera bel et bien partie du gouvernement Issoze Ngondet III. L’opposant, jusqu’à lors membre de la Coalition pour la nouvelle République (CNR) réunie autour de Jean Ping, informe d’ailleurs ce matin, sur sa page Facebook qu’il prêtera serment ce lundi 7 mai devant le président de la République. Ses proches ont affirmé le week-end écoulé que président de l’US, comme en septembre 2015, avait décliné l’offre d’embauche.

Il dit avoir «été appelé d’urgence pour servir la Nation», et c’est en tant que «bantou» qu’il a répondu favorablement. Mais Jean de Dieu Moukagni-Iwangou semble ne pas craindre la critique et l’incompréhension des partisans et sympathisants de l’opposition qui croyaient en lui, y compris ceux de son parti politique. Magistrat hors hiérarchie, il envisage de rencontrer les militants de l’US le mercredi 9 mai, soit 24 heures après le Conseil des ministres auquel il entend prendre le part le mardi 8 mai. L’opposant entend également se «prononcer, en parfaite connaissance de cause, le vendredi 10 mai 2018» à Libreville.

La réaction du nouveau membre du gouvernement n’est pas une surprise. Hier, dans un communiqué adressé à la presse, son parti avait déjà préparé l’opinion à cette acceptation du poste. L’US évoquait déjà un «sursaut républicain» de la part de son leader.