Si les deux ministres s’étaient adonnés à une guéguerre peu reluisante pour l’image du gouvernement ces dernières semaines, ils semblent s’être récemment rabibochés.

Alain-Claude Bilie-By-Nze et Bruno Ben Moubamba sont-ils devenus «amis» ? © Collage / Gabonreview

 

L’orage est passé. Alain-Claude Bilie-By-Nze et Bruno Ben Moubamba semblent s’être réconciliés. Il faut dire que ces dernières semaines, le ministre en charge de la Communication et son responsable hiérarchique, le vice-Premier ministre en charge de l’Urbanisme, ont donné une image peu reluisante du gouvernement. A eux deux, comme motivés par une précédente querelle personnelle, ils avaient réussi à dynamiter la cohésion gouvernementale. Mais à l’occasion de la célébration, la semaine dernière, de la Fête des cultures à Libreville, les deux hommes sont apparus plus «amis» que jamais.

Mieux, le 12 juillet, le vice-Premier ministre, dont le chef du gouvernement Emmanuel Issoze Ngondet n’avait pas beaucoup apprécié sa façon de s’étendre sur les réseaux sociaux plutôt que «dans les instances appropriées», a publié un post pour le moins étonnant sur son compte Facebook : «Je félicite le ministre d’Etat Alain-Claude Bilie-By-Nze et le ministre délégué Olivier Koumba pour le bon déroulement de la Fête des cultures le week-end dernier. Avoir relancé cet événement si important pour notre identité est une initiative à saluer.» Ça faisait longtemps qu’on n’avait pas lu des propos aussi positifs du VPM à l’endroit de ses collègues. On se rappelle plutôt du dernier clash l’ayant opposé à Alain-Claude Bilie-By-Nze, le 22 juin dernier, à la suite de son post critique au sujet du prêt de 642 millions de dollars approuvé par le FMI au profit du Gabon. Si le VPM avait exprimé son «malaise (…) face aux choix de mettre le Gabon sous tutelle économique» de l’institution monétaire, il avait surtout reçu un blâme de son supérieur hiérarchique, et avait décidé de s’en prendre au porte-parole du gouvernement qui l’avait invité à «la réserve et à la solidarité».

Suite à ce nouveau rappel à l’ordre, dont il n’a pas tout à fait goûté le ton, Bruno Ben Moubamba avait, toujours sur son réseau social favori, prétendu que lui travaillait pendant que certains de ses collègues (Bilie-By-Nzé ?) «couraient les femmes d’autrui». Pédagogue, le ministre d’Etat visé avait estimé, le 23 juin, qu’«un ministre ne parle pas ainsi», avant d’asséner, perplexe : «Est-ce qu’en définitive ce compatriote est normal ? Derrière cette question se pose une autre : A-t-il des aptitudes pour être à ce niveau de responsabilités ?» Le ton était donné. Mais depuis peu , on a vu les deux ministres se parler et rire ensemble lors de la célébration de la 13e Fête des cultures. On serait tenté de dire que la cohésion est de retour au sein du gouvernement. C’est du moins ce qu’il semble.