D’abord annoncé pour le second semestre de l’année 2018, le projet d’Okondja, en matière d’exploitation de manganèse démarrera finalement en janvier 2019. L’annonce a été faite par le ministre des Mines, Christian Magnagna.

Selon Christian Magnagna, le gisement de manganèse d’Okondja sera exploité en janvier 2019. © D.R.

 

Okondja, dans la province du Haut-Ogooué, exploitera dans quelques semaines son gisement de manganèse. C’est ce qui ressort de l’entretien entre le ministre des Mines, Christian Magnagna, et le quotidien L’Union. «Le projet d’Okondja démarre en janvier», a-t-il affirmé. A en croire ses propos, toutes les installations sont déjà mises en place pour une entrée en production effective.

Une étude d’impact environnemental avait pour ainsi dire été menée par le cabinet Enviropass afin de cerner et d’évaluer les risques environnementaux et autres conséquences découlant d’un tel projet. Celle-ci a révélé que l’exploitation de la mine stimulera le commerce autant qu’elle occasionnera un boom du secteur immobilier dans la localité avec, à la clé, la création de 350 emplois directs et jusqu’à 400 emplois indirects. La mine d’Okondja, souligne-t-on, «intègre la concession minière dénommée “Manganèse de Franceville d’une durée de 25 ans renouvelable et s’étend sur une superficie de 835 km2. Elle comprend quatorze (14) plateaux dont Biniomi et Bordeaux, les plus connus avec des réserves “Jorc” estimées à 33 millions de tonnes de minerai».

Selon Nouvelle Gabon Mining (NGM), l’entreprise chargée de l’exploitation, le site d’Okondja pourrait produire au moins 250.000 tonnes pendant les deux premières années avant d’être portée à 1 million de tonnes à la troisième année de son développement. Avec l’entrée en production de ce gisement, le Gabon ambitionne de devenir le premier producteur mondial de manganèse en 2019.

Mais, après la validation de l’étude d’impact environnemental, NGM attendait l’avis technique de l’administration en charge de l’environnement et surtout, le quitus pour démarrer ses activités au second semestre de l’année 2018. A la fin de second semestre 2018, elle ne l’a pas eu. «Nous sommes en train de rédiger la convention d’exploitation qui va être délivrée assez rapidement à l’opérateur», a déclaré Christian Magnagna. «Puisque c’est un décret, nous attendons le retour du chef de l’Etat pour qu’il le signe. Et dès que c’est fait, la production va démarrer» a-t-il poursuivi.

Frappé par un AVC (accident vasculaire cérébral), le chef de l’Etat gabonais est depuis un peu plus de deux mois absent de son pays. En convalescence depuis près d’un mois à Rabat au Maroc, rien n’est dit sur son retour au Gabon mais selon Christian Magnagna, «la première semaine de janvier on devrait commencer à enregistrer la production de manganèse d’Okondja».

Auteur : Alix-Ida Mussavu