Le rappeur sénégalais Didier Awadi a réalisé, le 20 mars dernier, l’exploit de reprendre, avec son groupe de chanteurs urbains, quelques œuvres du répertoire de Georges Brassens.

Didier Axadi chante Brassens

Didier Awadi et ses confrères Bouba Kiroukou, Daddy P, Fanny et Marième Fall entre autres, ont apporté un nouveau souffle aux œuvres de Georges Brassens, chanteur français disparu il y a plus d’une trentaine d’années. Ils ont réinterprété ses œuvres à l’Institut français de Dakar, le mardi 20 mars dernier.

Un défi qu’a remporté Didier Awadi qui ne s’est d’ailleurs pas produit seul sur scène puisqu’il l’a partagé avec de jeunes chanteurs, également passionnés des œuvres de Georges Brassens. Des reprises de «l’Auvergnat» ou encore de «Il n’y a pas d’amour heureux» ont replongé les spectateurs dans le monde de Brassens, avec des rythmes que l’on pourrait qualifier d’atypiques puisque ces chansons ont été interprétées en version rap, dans les tendances Hip-Hop parmi lesquelles le reggaeton et même en version zouk.  Le public s’est laissé surprendre par l’agréable découverte qu’il est possible de chanter du Brassens autrement.

Si les interprètes ont accompli leur tâche avec brio et qu’ils se sont réellement fait plaisir, Didier Awadi, star de la soirée et Bouba Kirikou ont confié avoir eu des «sueurs froides».