La Banque africaine de développement (Bad) a entériné le 22 novembre 2018 un prêt de 100 millions d’euros (65, 5 milliards de francs CFA) au gouvernement gabonais. Ce montant devrait aider le pays à consolider les réformes économiques du pays.

Le prêt de la Bad devrait consolider les réformes économiques du pays à l’exemple de celles mises en œuvre dans la filière bois afin de favoriser et d’encourager sa transformation locale. © Gabonreview

 

Le jeudi 22 novembre 2018, à Abidjan, le Conseil d’administration de la Banque africaine de développement (Bad) a répondu favorablement à une requête du gouvernement gabonais en lui accordant un prêt de 100 millions d’euros, soit environ 65,5 milliards de francs CFA. Ce prêt financera la troisième phase du Programme d’appui aux réformes économiques et financières, dite Paref-III.

«Ce nouvel appui budgétaire de la Banque permettra d’intensifier son soutien à l’économie gabonaise, qui se redresse, certes, difficilement, mais progressivement. Estimée à 1,2 % en 2018, la croissance devrait se situer à 3,1 % en 2019 et à 5 % à moyen terme», a soutenu le directeur général pour l’Afrique centrale de la Banque, Ousmane Doré.

Selon la communication de la BAD, cette phase consistera à renforcer l’assainissement des finances publiques et à appuyer la diversification de l’économie. «À terme, elle devra contribuer à rétablir durablement l’équilibre des finances en ramenant le déficit budgétaire à 0,5 % du produit intérieur brut (PIB) en 2018, pour passer à un solde excédentaire dès 2019. En outre, les recettes hors pétrole, qui représentent 10,8 % du PIB en 2018, devraient passer à 11,7 % en 2019», assure la Bad.

Autres objectifs assignés au Paref-III, l’amélioration du climat des affaires. Il faudra ainsi favoriser une croissance économique d’au moins 3 % en 2019, réduire la masse salariale de 10 % en (2019) par rapport à 2016 et abaisser d’au moins 40 %, au 30 septembre 2019, le stock de la dette due aux entreprises adhérentes du Club de Libreville.

Avec un portefeuille actif estimé à 763,3 millions d’euros, le Gabon est l’un des trois principaux clients de la Banque africaine de développement. Les activités financées par la Banque au Gabon dans le cadre de son Document de stratégie pays (DSP) pour la période 2016-2020 sont en cohérence avec le Plan stratégique Gabon émergent (PSGE) et les High 5 de la Banque.

Au cours des années 2016 et 2017, la Banque africaine de développement a accordé deux appuis budgétaires au Gabon, pour soutenir les réformes du pays destinées à rétablir sa stabilité macroéconomique après l’effondrement des cours du pétrole et à redresser ses finances. Cependant, le retour à l’équilibre tarde, et la persistance des déficits budgétaires en 2018 a conduit les autorités gabonaises à solliciter cet appui complémentaire.