Gabon Port Management (GPM) dont les activités ont démarré en 2007 aux Port d’Owendo et de Port-Gentil serait désormais empêtré dans des difficultés au point que la direction générale propose un plan social.

Gabon Port Management risque de sombrer dans les jours à venir dans la zone des grèves dans laquelle se retrouvent plusieurs entités publiques. © D.R.

 

Actif au Port d’Owendo et de Port-Gentil dans l’accueil des navires, remorquage, l’entretien des infrastructures portuaires, Gabon Port Management est en perte de vitesse. C’est du moins ce qui ressort d’un rapport de réunion du personnel de cette société, filiale du groupe Portek/Mitsui, à Port-Gentil, le 7 février 2018.

Selon ce rapport daté du 8 février, diffusé par le journal La Loupe, dans sa livraison du 13 février 2018, l’entreprise est confrontée à une chute vertigineuse de son chiffre d’affaires due à une contraction drastique des recettes.

Pour faire face aux difficultés rencontrées par l’entreprise, la direction générale a décidé de lancer un plan social pour susciter notamment des départs volontaires.

Toutefois, cette démarche n’est pas du gout des employés qui ont immédiatement soumis un préavis de grève et un cahier des charges à la direction générale. Les agents réclament notamment la présentation du bilan exhaustif de GPM depuis la création, la mise à leur disposition de l’annexe E de la convention de concession, la restitution des 5% de capital de GPM au personnel et la mise en place d’un plan de dédommagement.

La direction des ressources humaines a publié le même jour(le 8 février) un communiqué informant les employés de l’ouverture de la période de souscription à ce plan de départ volontaire qui s’étale du 7 au 16 février 2018. Ce qui a fait monter la tension au sein de l’entreprise.

Selon les sources internes, l’origine du malheur de la société proviendrait de l’ouverture du New Owendo International Port (N0IP), fruit d’un partenariat public-privé. Une bonne partie de ses activités aurait été transférée à la nouvelle structure.