A l’occasion de l’inhumation du chanteur Mackjoss, le 5 mai dernier, Pierre-Claver Maganga Moussavo a présenté aux populations de Mouila un cimetière qui accueillera désormais tous les fils illustres de la Ngounié, de la localité et du Gabon.

Illustration. © aisne14-18.com

 

Situé entre le Panthéon à la gabonaise et le cimetière du Père-Lachaise, le cimetière du bord de la Ngounié où a été récemment inhumé Mackjoss, devrait accueillir toutes les personnalités décédées originaires de Mouila, voire de la province de la Ngounié. C’est en tout cas le souhait de Pierre-Claver Maganga Moussavou. Le vice-président de République l’a exprimé, samedi 5 mai, devant les fans et membres de la famille du «Baobab» de la musique gabonaise décédé en avril dernier à Libreville.

«Cette place est devenue, par la décision du conseil municipal de la commune de Mouila, le lieu où le gouverneur viendra désormais déposer la gerbe de fleurs pour toutes les manifestations officielles, parce que c’est le monument aux morts», a déclaré le vice-président de la République, ancien maire de Mouila, et par ailleurs «oncle» du célèbre disparu.

Le souhait de Pierre-Claver Maganga Moussavou est, en effet, de faire de ce nouveau site la dernière demeure des personnes ayant marqué l’histoire de Mouila et de la province. «Ne seront ou ne sont inhumés ici que des personnalités marquantes du Gabon tout entier. Du moins, ceux qui manifesteront l’envie d’y être», a-t-il précisé.