Les Panthères olympiques du Gabon qui étaient engagées dans la deuxième journée de leur participation aux Jeux de Londres (JO 2012), notamment dans la discipline du football, n’ont pas pesé lourd devant les jeunes mexicains pour le compte de la deuxième journée du groupe B (0-2).

Gabonreview.com - Giovani Dos Santos, bourreau du Gabon face au Mexique - © Panoramic

Le Gabon s’est logiquement incliné ce dimanche à Coventry Garden pour la deuxième journée du tournoi masculin de football des JO 2012, après le nul concédé quelques jours plus tôt devant la Suisse. Il ne reste qu’à relever que ces jeunes n’ont plus qu’à prier et à croiser les doigts en espérant une victoire contre la Corée du Sud lors de leur dernière sortie. Un autre résultat serait simplement synonyme d’élimination à ces JO 2012.

Dès l’entame de  la rencontre, les poulains du coach Claude Mbourounot ont été littéralement dépassés par les événements. Dominés territorialement, les Panthères ont donné le maximum pour contenir les assauts répétés des Mexicains jusqu’à la fin de la première partie.

Dès le début de la seconde mi-temps, les jeunes mexicains vont mettre la pression sur Didier Ovono Ebang, Pierre Emerick Aubameyang et leurs coéquipiers. Giovani Dos Santos, entré à la pause, fera la différence pour les Mexicains. C’était à la 64e (1-0). Menant même par ce but d’écart, les coéquipiers du gardien Corona n’ont pas levé le pied sur le ballon. Ils n’ont pas permis aux Gabonais de dérouler leur jeu malgré la présence d’Aubameyang, d’Allen Nono et autres Engonga. Et c’est avec cette intelligence de jeu que vers la fin de la partie, Henri Ndong, déjà averti, commettra l’irréparable en retenant le pied de Peralta : pénalty suivi de son expulsion.

Pour son deuxième match aux JO, le Gabon devait jouer son sort à un autre pénalty. Et c’est Giovani Dos Santos qui viendra corser la marque pour son pays (0-2). Le Gabon devra jouer son va-tout lors de la 3e et dernière journée de ce groupe B contre la Corée.

C’est dans ce genre de matchs que Bruno Ecuélé Manga aurait pu faire la différence. Dommage.

Le onze gabonais entrant: Ovono – Engonga, Ndong, Boussoughou, Dinda – Obiang (Mbingui, 83e), Tandjigora, Madinda, Ndoumbou (Nono, 70e) – Aubameyang, A. Meye.