Après ceux de la province de l’Estuaire, en juillet dernier, les agents de l’Etat en exercice à l’intérieur du pays seront bientôt mis sous bons de caisse.

Les agents de la Fonction publique redistribuant les bons de caisse, en juillet 2018 à Libreville. © Sonapresse.com

 

Trois mois après la phase de l’Estuaire, la mise sous bons de caisse des agents de l’Etat devrait bientôt toucher les fonctionnaires exerçant dans d’autres provinces du Gabon. Le ministre de la Fonction publique a annoncé, ce mercredi 31 octobre à la faveur du Conseil interministériel, le lancement de la deuxième phase de l’opération. La date du démarrage effectif n’a pas encore été officiellement communiquée.

Intervenue du 17 au 24 juillet sur 10 sites à Libreville, Akanda et Owendo, la première phase de l’opération de mise sous bons de caisse des agents de l’Etat visait plusieurs objectifs parmi lesquels le contrôle des effectifs, l’assainissement du fichier des titulaires de fonction, la mise à la retraite immédiate des agents absents pour cause de maladies de longue durée et la préparation des audits des fichiers soldes et fonction publiques. Pour le gouvernement, il s’était surtout agi de trouver un moyen de faire des économies face à la crise actuelle. Il fallait se débarrasser des charges jugées inutiles.

Au terme de la première phase, le ministère de la Fonction publique a conclu que plus de 6 500, sur les 50 000 agents estimés à l’Estuaire, ne se rendaient pas à leur poste de travail. Cependant, plusieurs réclamations avaient suivi cette première phase de l’opération, dont étaient exemptés les agents des forces de défense et de sécurité, le personnels du corps autonome de la sécurité pénitentiaire, les agents publics régulièrement désignés en stage à l’extérieur, les diplomates et les agents publics exerçant à l’intérieur du pays.