Pour tenter de reconquérir le public gabonais et susciter l’intérêt des annonceurs, la télévision publique gabonaise devrait bientôt faire sa mue. Le ministère de la Communication annonce déjà un nouveau plateau pour le journal télévisé.

Une journaliste, préparant le JT sur le plateau actuel. © Gabonreview

 

Peu attrayante ces dernières années, en raison d’une grille des programmes jugé peu proche des populations, en plus d’un journal télévisé faisant la part belle au pouvoir en place ainsi qu’à ses soutiens, la télévision publique gabonaise devrait bientôt se réinventer. C’est, en tout cas, l’ambition de ses nouveaux responsables, visiblement soutenus par la tutelle.

Le ministre d’Etat en charge de la Communication a, en effet, annoncé le 21 novembre lors de la célébration de la Journée internationale de la télévision que Gabon 1ère devrait bientôt être dotée de nouveaux plateaux, particulièrement d’un nouveau plateau pour les éditions d’information de 13 heures, 20 heures et de 23 heures. Les travaux seraient en cours, dans le cadre de la «phase de réhabilitation de l’outil, notamment les studios et des salles de rédaction», lancée depuis des mois. S’étant rendu récemment à la Maison Rawiri, siège du Groupe Gabon Télévisions à Libreville, Guy-Bertrand Mapangou s’est dit «satisfait de ce que les choses avancent dans le bon sens».

Pour tenter de reconquérir le public gabonais et susciter l’intérêt des annonceurs, Gabon 1ère envisage de se doter en «studios hi-tech». Mais pour ce faire, la tutelle exhorte à «faire le choix [et] espère que Gabon Télévisions a les moyens de s’en offrir».

«Nous sommes dans un monde concurrentiel. Je crois qu’il faut essayer de s’arrimer, de s’adapter avec les moyens que nous avons», estime Guy-Bertrand Mapangou, tout en encourageant la commission chargée d’examiner les projets d’émissions parvenus à la chaîne, à retenir les programmes qui impactent le plus les téléspectateurs gabonais. Et en la matière, le membre du gouvernement n’a pas caché ses desiderata. Il souhaite «une télévision d’abord concurrentielle, ensuite une télévision qui sait percevoir le désir du téléspectateur, avec des orientations diverses, culturelles, environnementales».

Pour le ministre d’Etat à la Communication, «il n’y a plus que l’info aujourd’hui. Toutes les chaînes généralistes qui ne font que de l’info sont en train de mourir. Il faut diversifier la télé». Annoncé du temps de Jean-Lié Massala, l’ex-directeur général limogé en août dernier, la nouvelle grille des programmes de Gabon 1ère reste attendue, au même titre que l’amélioration des conditions de travail des agents qui y exercent.

A côté, les animateurs des émissions telles que «Le Grand Mbandja» et «Espace jeunes», qui maintiennent plus ou moins l’audience de la chaîne, sont difficilement payés. Les arriérés de salaire n’ont pas cessé de s’accumuler ces derniers mois. L’arrivée de nouveaux plateaux devrait peut-être améliorer leurs différentes situations. L’actuel plateau du JT a été inauguré en avril 2016.