L’ambassade du Gabon en France vient de lancer une lettre d’information trimestrielle, baptisée «Le Gabon en France». Flavien Enongoué, ambassadeur, Haut représentant de la République gabonaise en France, Représentant permanent du Gabon auprès de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), a présenté, le 5 septembre, dans l’entretien ci-dessous, l’opportunité et l’intérêt de ce petit magazine.

Première de couverture du premier numéro de «Le Gabon en France» des mois de Juin, juillet et août 2017. © Gabonreview

 

Des pages intérieures du journal. © Gabonreview

Gabonreview : L’ambassade du Gabon vient de lancer un trimestriel. De quoi s’agit-il ?

Flavien Enongoué : Il s’agit d’une lettre d’information, plus connue sous le vocable anglais de newsletter. C’est en fait un document édité par une organisation, une administration ou une société pour informer principalement sur ses activités. J’ai constaté depuis 2013 que je représente le Gabon au Conseil permanent de la Francophonie (CPF), et davantage depuis juin 2017 que je suis en poste à Paris, que des organisations internationales et certaines représentations diplomatiques en sont pourvues. J’en reçois régulièrement. Pour plusieurs raisons, il m’a donc paru utile d’associer dans une entreprise similaire notre Délégation permanente auprès de l’Unesco (Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture) et le Consulat général du Gabon. D’où la création de cette lettre d’information sobrement intitulée Le Gabon en France. Les impératifs de soutenabilité nous ont conduits à adopter une périodicité moins exigeante, c’est-à-dire le trimestre.

Quels sont ses objectifs et à quel public est-elle destinée ?

Comme je le dis dans l’éditorial du premier numéro (juin-juillet-aout 2017), il y a, pour le diplomate, une obligation professionnelle et citoyenne de s’informer et d’informer, aussi bien sur les réalités du pays qu’il représente que celles du pays hôte. Et cela consiste à recueillir et donner à ses interlocuteurs étrangers, au grand public, ainsi qu’à ses compatriotes vivant dans le(s) pays de juridiction la bonne information qui, comme la monnaie, est trop souvent concurrencée par la mauvaise. Aussi, cette Lettre s’efforcera-t-elle à rendre disponible la bonne information sur les actions de représentation, de négociation, d’organisation, de défense et de promotion des intérêts et de l’image du Gabon en France. Il est aussi question de promouvoir les activités des compatriotes vivant en France et des amis du Gabon. D’où la rubrique «Gabonais d’ici et d’ailleurs».

Le premier numéro traite de la politique, du sport, de l’environnement, etc. ? Doit-on s’attendre à de nouvelles rubriques ?

Le contenu dépend des activités menées durant le trimestre par l’Ambassade, la Délégation permanente auprès de l’Unesco et le Consulat général, ainsi que les activités ponctuelles menées en France par des administrations gabonaises. De la sorte, les rubriques «Activités diplomatique et consulaire» et «Gabonais d’ici et d’ailleurs» sont des constantes. Il en sera progressivement ainsi pour «l’économie» et «la culture», suite au lancement des activités, au sein de l’Ambassade, du service économique et de la Bibliothèque de l’Ogooué. Le numéro spécial que nous consacrons au bilan de la célébration en France du 57e anniversaire de notre indépendance, qui paraît d’ailleurs aujourd’hui, comporte déjà ces deux dernières rubriques.

Avez-vous envisagé une version numérique ?

On ne peut pas y échapper ! Pour assurer une diffusion plus large, il est envisagé, dans les prochaines semaines, la mise en service d’un site dédié à cette Lettre Le Gabon en France, dans sa version numérique. Par ailleurs, la nécessité d’optimiser le rendement des services techniques et administratifs de l’Ambassade, et une nouvelle dynamique dans la relation, que nous voulons plus étroite, avec nos compatriotes vivant en France, nous ont conduits à restructurer le compte Facebook officiel. Un outil de communication qui permettra aux usagers d’être mieux informés sur ce qui est fait et de répondre notamment à leurs préoccupations administratives.

Un mot aux lecteurs…

Le principe de diffusion d’une newsletter c’est la gratuité. Il nous revient donc, pour intéresser le public et le fidéliser, de tenir constamment la promesse de la qualité, de la régularité et de la pérennité ; la crédibilité des administrations concernées est engagée dans une telle entreprise. Les avis critiques et suggestions des lecteurs exigeants sont tout naturellement les bienvenues. Et je vous remercie de m’avoir donné l’occasion d’en parler à vos lecteurs.

Le numéro 1 de ”Le Gabon en France” est téléchargeable ICI