Décevantes face aux Aigles du Mali trois jours plus tôt, les Panthères du Gabon ont montré un visage quasi similaire face aux Zèbres du Botswana en match amical, le 14 novembre à Franceville. Au-delà du match nul (0-0), c’est surtout la prestation des poulains de José Antonio Camacho qui interpelle.

L’équipe des Panthères face aux Zèbres du Botswana, le 14 novembre 2017 à Franceville. © Gabonreview

 

Face à leur public, les Panthères du Gabon ont été incapables de dominer les Zèbres du Botswana en match amical, le 14 novembre à Franceville. En effet, les deux sélections se sont séparées sur un score de parité (0-0). Un score reflétant la physionomie du match, dont la qualité a clairement laissé à désirer. Et pour cause, les 10 premières minutes ont été un cocktail d’imprécisions techniques et de manque de prise d’initiatives de part et d’autre.

Si le match est quelque peu monté en intensité au fil des minutes, le beau jeu, était clairement aux abonnés absents. Les Panthères, pour ne citer qu’elles, abusant de longs ballons. C’est d’ailleurs sur ce type d’actions qu’est intervenue la première occasion des Panthères. Dépassant sa fonction en défense, Ecuélé Manga a trouvé Axel Meye sur un ballon aérien, à partir du milieu de terrain. L’attaquant ratera cependant sa reprise, effleurant à peine le ballon (17e). Une légère prise d’initiative dans le jeu des Gabonais, dénuée de construction et de rythme. Les Botswanais n’en demandaient pas tant.

Les Panthères parviendront cependant à se procurer l’occasion de but la plus nette de la première période. Sur un corner dévié par un coéquipier, Junior Ndong ne cadre pas son retourné acrobatique qui passe au-dessus des cages de Dambe Kabelo (37e). Accentuant la pression aux abords de la surface adverse, les Gabonais ne parviennent pas à se montrer dangereux. C’est donc sur le score de 0-0 qu’interviendra logiquement la mi-temps.

Conscients de leur prestation plus que moyenne en première mi-temps, les Gabonais entament la seconde avec plus d’agressivité et d’envie. Comme le témoigne cette grosse occasion de Malick Evouna. Bien lancé dans le dos de la défense adverse, l’attaquant ne parvient pas à tromper le portier botswanais (56e). Premier tir cadré du match.

Portés vers l’avant, les Gabonais oublient cependant les tâches défensives. Une erreur qui débouchera sur la première frappe cadrée des Zèbres, par l’intermédiaire de Ramatlhakwane Jerome, à l’issue d’un contre rondement mené (60e).

Plus entreprenantes dans le jeu et bien décidées à marquer, les Panthères ne sont toutefois pas parvenues à ouvrir la marque. Nouveau signe de cette inefficacité offensive : une situation confuse dans la surface de réparation botswanaise où trois tirs gabonais ont été tour à tour contrés par la défense adverse. Les changements opérés par José Antonio Camacho n’y changeront rien. Score final : 0-0 ! Pour son dernier match de l’année, le Gabon a clairement montré un visage affligeant.