Actuellement en détention au commissariat de Nkembo, Khady Mbow aurait fait main basse sur la somme de 50 millions de francs au détriment de Sobamo TP.

Khady Mbow. © lasenegalaise.com
Khady Mbow. © lasenegalaise.com

 

Khady Mbow, ancienne ministre sénégalaise de l’Hygiène et du Cadre de vie, est actuellement en détention préventive au commissariat de Nkembo, à Libreville. Elle est accusée du détournement de 50 millions de francs au sein de Société de bâtiments et des travaux publics (Sobamo), dirigée par son compatriote Abdoulkhadir Mbaye. Selon une source proche du dossier, non contente d’un salaire de 1,5 million de francs mensuel, d’un véhicule de fonction et d’un logement aux frais de l’entreprise, l’ancienne ministre d’Abdoulaye Wade s’est servie dans les caisses de l’entreprise, profitant pour cela d’un prêt de 413 millions de francs consenti par Ecobank dans le cadre de la construction des logements sociaux.

Ainsi, poursuit la source, «elle ouvrira un compte bancaire dans la même banque avec un dépôt de 22 millions de francs et fera des virements à sa fille qui vit en France». Khady Mbow quitte alors l’entreprise. Mal lui en prît : un audit révèlera un manque de 50 millions de francs. Tout de suite, l’ancienne ministre est suspectée puis mise aux arrêts. Selon Abdoulkhadir Mbaye, en plus du détournement, elle est aussi accusée de faux en écritures publiques.

Pour autant, cette affaire relance les soupçons de détournement qui pèsent sur le patron de Sobamo lui-même. Khady Mbow n’a-t-elle pas simplement emboîté le pas à Abdoulkhadir Mbaye, soupçonné d’avoir détourné 2 des 8 milliards de francs prévus pour le démarrage des travaux de construction de logements sociaux dans les provinces de l’Estuaire et du Moyen-Ogooué ? Ce dernier n’a toujours pas été entendu à ce sujet.