C’est clairement un défi qu’a lancé, dimanche, la province de l’Ogooué-Ivindo à celle du Woleu-Ntem, au regard de la mobilisation et surtout du spectacle offert dans le cadre de la journée dédiée à la promotion de sa culture sur le boulevard Jean-Paul II à Libreville. Reportage en images.

Forte mobilisation à la journée dédiée à l’Ogooué-Ivindo © Gabonreview

 

Plus que lors de la précédente, cette 2e édition du «Gabon 9 provinces» est présentée comme une compétition. Seul, le talent ne suffit plus. La principale bataille se joue désormais sur la mobilisation et la capacité à emporter le public lors du spectacle qui clôt la journée. Depuis le 7 août, le boulevard Jean-Paul II à Libreville est le témoin de ces «matchs» au terme desquels certaines provinces ont su plus ou moins tirer leur épingle du jeu. Pour ce qui est de la journée dédiée à l’Ogooué-Ivindo, le festival a nettement connu une atmosphère autre que celle des jours précédents, hormis l’ouverture.

Grâce à un public surchauffé et reprenant à son compte les chansons de Mablove, Pince Essey, Emane, Evine de la joie, Two Boyz…, chaque prestation avait un cachet particulier, alors que plusieurs fois de suite des personnalités originaires de la province, y compris des ministres, ont pris d’assaut la scène. Certains n’ont pas manqué d’y voir un défi lancé au Woleu-Ntem connu pour sa capacité à mobiliser plus qu’aucune autre province du Gabon.

Avec ses 98 artistes et exposants inscrits au festival, l’Ogooué-Ivindo a parfaitement honoré son rendez-vous. Reste aux 135 inscrits du Woleu-Ntem à faire mieux. Certains parmi les originaires du septentrion préparent déjà «la remontada».

 

© Gabonreview

 

© Gabonreview

 

© Gabonreview

 

© Gabonreview

 

© Gabonreview

 

© Gabonreview

 

© Gabonreview

 

© Gabonreview

 

© Gabonreview

 

© Gabonreview

 

© Gabonreview

 

© Gabonreview

 

© Gabonreview

 

© Gabonreview