Le Gabon arrive à la 13e place mondiale et 7e continentale dans le dernier classement de consommateur d’alcool, dressé par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) dans sa récente étude intitulée «Global status report on alcohol and health 2014».

© barexchange.com
© barexchange.com

 

Selon des données compilées et publiées le 28 décembre dernier par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), le Gabon arrive à la 13e place générale sur 194 pays et la 7e en Afrique avec 26,50 litres d’alcool pur par an et par personne, derrière l’Éthiopie et l’Afrique du sud. Dans ce rapport, qui ne prend en compte que les consommateurs d’alcool et non la population totale du pays, la consommation de bière au Gabon représente 68% contre 12% pour le vin et 20 pour les spiritueux. Le Gabonais consomme donc plus d’alcool que l’Allemand, qui boit 14,7 litres par an et passe pourtant pour le champion du monde de la consommation de bière.

S’agissant de la proportion de la population totale de consommateurs d’alcool pur en litre, âgées de 15 ans et plus, selon le sexe, les hommes représentent 33.3% avec un taux de prévalence des troubles de consommation estimé à 9.3% et une dépendance située à 3.9%. Quant aux femmes, le pourcentage de consommation est de 15% pour un taux de prévalence des troubles de 1.8% et une dépendance qui pointe à 0.8%.

La particularité de cette étude qui permet d’apprécier la situation des «alcooliques» différemment et ne manquera certainement pas de susciter des commentaires en Afrique, est que certains pays du continent devancent, et de loin, ceux d’Europe et d’Asie. Ainsi les buveurs tchadiens sont les plus gros consommateurs d’alcool au monde avec 33,9 litres d’alcool, suivis des Gambiens avec 30 litres et des Maliens avec 29,3 litres.

L’abus d’alcool nuit gravement à la santé. Selon l’OMS l’alcool est à l’origine d’environ 3,3 millions de morts chaque année, ce qui représente l’équivalent de 5,9 % de la mortalité. En revanche 48 % de la population mondiale adulte n’a jamais consommé d’alcool dans sa vie, indique l’OMS.