Ayant alimenté la rumeur depuis quelques jours, la disparition d’une énorme quantité d’hydrocarbures à la Société gabonaise d’entreposage des produits pétroliers (SGEPP), est avérée, aux dires du patron de cette structure, Christophe Akagha-Mba.

«Nous avons effectué des opérations de contrôle de nos pompes d’approvisionnement et nous avons trouvé qu’il y avait certaines discordances entre les indexes tel qu’ils sont fournis dans les pompes et les quantités qui étaient souvent livrées. A l’issue de ce contrôles, nous avons effectivement a trouvé qu’il y avait des anomalies dans les chiffres, et nous sommes est entrain de pousser les investigations pour savoir exactement à quel niveau se situe le problème», a expliqué le directeur général de la SGEPP à gabonactualites.com.

Situation déplorable d’autant plus que cette disparition constitue un énorme déficit pour cette entité para-étatique. «Financièrement nous estimons le manque à gagner se situe autour des 50 millions de francs CFA», a affirmé Christophe Akagha-Mba, soulignant que cette volatilisation concerne essentiellement les produits pétroliers blancs, précisément l’essence sans plomb, le gasoil et le pétrole.

On ignore cependant la quantité d’hydrocarbures évaporés et surtout, l’identité du ou des responsables de cette fuite. «Ce sont des chiffres que je vous donne qui seront précisés avec exactitude lorsque nous aurons bouclé l’enquête. Pour l’instant les responsabilités n’ont pas encore été établies», a indiqué le patron de SGEPP, excluant toute possibilité de pénurie de carburant dans le pays.

Pour rappel, les produits pétroliers vendus dans l’illégalité partout dans le pays découlent généralement des « combines » au niveau de l’approvisionnement des citernes entre certains employés de la SGEPP et les marqueteurs. A quand le démantèlement de ce réseau ?