A la faveur de son assemblée générale tenue ce mercredi dans le hall de la Maison Georges Rawiri, le Syndicat national des professionnels de la communication (Syprocom) a décidé d’entrer en grève en raison de la non-satisfaction de ses revendications exprimées depuis plusieurs mois.

Disant avoir été patient jusque-là, le Syprocom a décidé d’entrer en grève ce 8 août. La Maison Georges Rawiri connaît un nouveau débrayage (archives). © D.R.

 

En raison du mot d’ordre de grève lancé ce mercredi 8 août par le Syprocom, les programmes de Gabon 1ère et de Radio Gabon connaîtront des bouleversements durant les prochaines heures. L’on annonce, entre autres, la suspension du journal télévisé (JT) de 13 heures sur la première chaîne de télévision publique ainsi que le journal de la mi-journée sur Radio Gabon. Le JT de 20 heures continuera quant à lui d’être diffusé. Seulement, il s’agira d’un JT de 5 minutes. Les principales éditions d’information à la radio publique connaîtront également un raccourcissement dans leur durée.

Ces différents bouleversements, le Syprocom compte s’en servir pour faire plier le gouvernement et les responsables des Groupes Gabon Télévisions et Radio Gabon. Depuis trois mois, les discussions lancées entre le syndicat et le ministère de tutelle semblent au point mort. Ceux-ci concernent notamment le retard pris dans l’entrée en vigueur de la réforme de l’audiovisuel public officiellement adoptée par décret en 2011.

Alors qu’il avait déjà lancé une grève en fin avril 2018 pour les mêmes motifs, le Syprocom rappelle aux autorités qu’il attend toujours «la détermination du statut des personnels» du Groupe, la détermination de «l’organisation et les attributions des conseils d’administration (et) des directions générales» des deux Groupes ainsi que l’adoption de textes règlementaires jugés «indispensables à l’application des décrets modifiant et supprimant certaines dispositions portant création, organisation et fonctionnement de Gabon Télévisions et de Radio Gabon».

Le syndicat qui n’apprécie que moyennement le système de pointage des agents civils des fonctionnaires adopté dernièrement appelle une nouvelle fois à «la mise en place d’une grille salariale» des agents des groupes de médias publics.

La décision d’entrer en grève ce mercredi intervient au lendemain de la réunion de travail présidée par le ministre d’Etat en charge de la Communication, tenue à l’auditorium de la Maison Georges Rawiri. Guy-Bertrand Mapangou n’a pas vraiment convaincu ses interlocuteurs parmi lesquels les responsables du Syprocom.