Le paiement des fonctionnaires pourrait être perturbé par la grève des agents du ministère du Budget, lancée ce 25 avril à Libreville.

Le Siège du ministère du Budget et des Comptes Publics. © union.sonapresse.com

 

Les grèves s’enchainent dans les administrations publiques, avec le mouvement d’humeur des agents du ministère du Budget, lancé ce 25 avril à Libreville. Décidée 24 heures plus tôt, à l’issue de l’assemblée générale des syndicats des directions de la Concurrence et de la consommation, de la Dette, et de l’Economie, cette grève d’avertissement s’étendra sur une semaine.

Les grévistes réclament essentiellement le paiement intégral de deux mois de primes et la suppression de la décote. Ils veulent également la régularisation des situations administratives des agents (attribution des portes budgétaires, titularisation, avancement et reclassement après stage). «Nous avons l’impression que tout ce que nous avons obtenu est en train d’être détruit», a déploré le secrétaire général du syndicat national de l’administration du Budget, relayé par Gaboneco.

«Au départ, ils (les responsables du ministère, ndlr) nous on dit que les primes seraient payées de façon variable selon le flux financier d’où l’imposition de la décote», a poursuivi Safou Ndiamane Étienne, dépité par l’opacité dans la gestion et l’attribution des primes du personnel. «Depuis plusieurs trimestres, il y a un surplus et ils nous disent qu’il constituera des réserves, un matelas pour financer les futurs déficits. Il y a des contradictions», a indiqué le responsable syndical.

Pourtant, la hiérarchie et le syndicat sont en discussions depuis 2014. Des négociations ont portées notamment sur les textes relatifs aux primes. «Ils font tout pour éviter la transparence», a relevé Safou Ndiamane Étienne, dénonçant ainsi des zones d’ombre dans le traitement de ce dossier. Sept jours durant, les agents du ministère du Budget observeront ainsi un piquet de grève à l’entrée principale de leur administration.

Un mouvement que les syndicats ont promis amplifier, si aucune solution concrète n’est apportée à leurs revendications par la hiérarchie. Celle-ci a intérêt à se remuer, d’autant que la grève a été lancée le jour de paie pour les fonctionnaires.