Le rapport 2017, de l’ONG américaine Freedom house, sur la liberté dans le monde, place le pays parmi les 49 États non libre.

L’esclave libéré de ses chaînes. © panoramio.com

 

La liberté serait une condition luxueuse au Gabon, selon le dernier rapport 2017 de l’ONG Freedom house, intitulé «des populistes et des autocrates: une double menace pour la démocratie mondiale». L’ONG classe le Gabon dans la catégorie des États pas libres, avec un score cumulé de 32 points sur 100.

L’étude publiée le 1 février dernier s’appuie sur deux indicateurs principaux, à savoir la liberté politique et la liberté civile avec des indicateurs allants de «1 à 7», sachant que plus l’indicateur est bas, plus le pays est libre. Le Gabon pour sa part a respectivement enregistré des notes de 6/7 et 5/7, pour une moyenne 5.5 / 7.

Dans la zone de la Communauté économique des États de l’Afrique centrale (CEEAC), le Gabon, fait meilleure figure en se positionnant devant le Congo (27/100), suivi du Cameroun et de l’Angola (24/100). La Guinée équatoriale ferme le classement dans cette région avec un score de 8/100.

Selon le dernier rapport Freedom house 2017, sur 195 pays, 87 sont jugés «libres», soit 45% des pays du monde, et 39% de la population mondiale. 59 sont «partiellement libres», soit 30% des pays et 25% de la population mondiale et les 49 autres sont inscrits dans la case «non libres», soit 25% du total des pays et 36% de la population mondiale.

Les pays les plus libres selon le rapport sont la Finlande, la Norvège et la Suède avec un score de 100, suivis par le Canada et les Pays-Bas (99), puis l’Uruguay, la Nouvelle Zélande et l’Australie (98). La France a quant à elle une note agrégée de 91, les États-Unis obtiennent un 90. Parmi les États ayant connu le plus fort déclin en matière de libertés ces 10 dernières années, l’on retrouve la République Centrafricaine, la Turquie ou encore la Hongrie qui malgré son statut de « pays libre » chute dangereusement d’année en année.