À l’orée du prochain sommet de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) devant déboucher sur l’élection du nouveau Secrétaire général de cette institution, le président gabonais, Ali Bongo Ondimba, a précisé la position de son pays : Le Gabon choisit la candidature rwandaise.

Louise Muhikiwabo et Ali Bongo, le 2 août 2018 à Libreville. © DCP-Gabon

 

En prélude à l’élection du remplaçant de Michaël Jean au poste de Secrétaire générale de Francophonie, les tractations et les opérations de charme entre les différents candidats en lice et les pays membres de cette organisation vont bon train.

C’est dans ce sens que récemment, la candidate rwandaise, Louise Mushikiwabo, ministre des Affaires étrangères depuis 2009, a été reçue en audience par le président Ali Bongo, le 2 août dernier à Libreville. S’il était question d’échanger sur la coopération bilatérale entre le Gabon et le Rwanda, l’élection de la prochaine responsable de l’OIF a été abondamment évoquée.

Interrogé le 26 septembre 2018, à l’occasion de sa visite de la scierie de Mevang dans le Moyen-Ogooué, le chef de l’Etat a été précis sur le choix du Gabon lors de cette élection du nouveau Secrétaire général de l’Organisation de la Francophonie.

«S’agissant de l’élection du prochain Secrétaire général de l’Organisation internationale de la francophonie», a dit Ali Bongo, «le Gabon porte son choix sur la candidature rwandaise». Le président de la République a expliqué qu’il a été «adopté, à l’unanimité, [une] position commune lors du sommet de l’Union africaine (UA) qui s’est tenu en Mauritanie, en juillet dernier».

«Le Gabon, en tant que membre de l’UA, se conforme à cette position et confirme son soutien à la candidature du ministre des Affaires étrangères rwandais, madame Louise Mushikiwabo, qui est une candidate exceptionnelle et compétente. Elle a toute notre confiance», a déclaré le président de la République.

Le Sommet de la francophonie se tiendra du 11 au 12 octobre 2018 à Erevan, en Arménie. Il sera placé sous le thème  du «Vivre ensemble dans la solidarité, le partage des valeurs humanistes et le respect de la diversité : source de paix et de prospérité pour l’espace francophone».