Franck Baponga a officiellement présenté, le 1eraoût à Libreville l’association Mo’ghanguet international. La structure entend œuvrer dans l’humanitaire, par l’entraide, l’éducation, la formation et l’incitation des jeunes vers l’entrepreuebariat.

L’artiste chanteur, compositeur Franck Ba’ponga lors de la sortie officielle de Mo’ghanguet international, le 1 er août 2018. © Gabonreview

 

Des membres du bureau de l’association Mo’ghanguet international. © Gabonreview

Artiste, producteur d’artistes et patron d’entreprise, Franck Ba’ponga s’est lancé un nouveau défi : s’inscrire davantage dans l’humanitaire. Il vient de mettre sur pied une nouvelle association dénommée Mo’ghanguet international.

Présentée officiellement au public, le 1er août à Libreville, cette structure entend apporter de l’aide aux couches défavorisées, tout comme elle envisage de former et d’éduquer la jeunesse gabonaise pour lutter contre la pauvreté et l’exclusion.

Pour y parvenir, Franck Stéphane Dibault (son nom à l’état civil) compte sur ce qu’il sait faire le mieux : la musique. À travers la musique, le rappeur souhaite «prôner le retour à la terre, valoriser et développer la culture gabonaise et inciter les jeunes vers l’entreprenariat».

Pour lui, la création de Mo’ghanguet international s’inscrit dans la droite ligne des actions à cratère humanitaire qu’il a posées depuis plus de 20 années de carrière musicale aux côtés de la Croix Rouge et du gouvernement gabonais, notamment dans la lutte contre le sida et pour d’autres causes.

«J’ai toujours été invité pour apporter de l’aide à mes semblables. Grâce à cette association, je devrais pouvoir désormais me déplacer et aller vers les couches défavorisées dans le Gabon profond pour sensibiliser la jeunesse gabonaise sur tous les fléaux actuels et contribuer au développement de mon pays», a-t-il déclaré.

La première sortie de son association, Franck Ba’ponga projette de la faire dans quelques semaines à Mouila. Il envisage d’organiser un festival dénommé «Festival Terre d’Art-mur». L’évènement permettrait, entre autres, de collecter des fonds nécessaires pour la réalisation d’une action humanitaire qui reste à déterminer.

Auteur : Jean-Thimothé Kanganga