Réputé bagarreur, peu enclin à la discussion en plus d’avoir l’invective facile, le nouveau ministre de l’Éducation nationale risque d’être confronté à plus coriace que lui, vu que la Convention nationale des syndicats du secteur de l’éducation (Conasysed) entend prouver qu’elle existe en dépit de la suspension dont elle fait l’objet depuis mars 2017.

Francis Nkea Ndzigue, ministre d’Etat en charge de l’Éducation nationale (à g.), s’entendra-t-il avec ses partenaires sociaux ? © D.R.

 

Francis Nkea Ndzigue à l’Éducation nationale, ce n’est pas forcement une bonne nouvelle. La réputation du membre du gouvernement n’est pas particulièrement reluisante, alors qu’il a manqué d’être limogé en décembre 2017, à la suite de graves accusations portées à l’encontre des magistrats gabonais. Il y a cinq mois, en effet, le successeur de Nadine Patricia Anguile montrait une autre facette de lui en accusant les magistrats de corruption. La grève du Synamag qui s’en était suivie avait permis de voir l’intéressé sous le prisme de l’arrogance, le manque d’humilité et surtout la provocation.

Si Francis Nkea était parvenu à sauver sa tête sans que de véritables excuses aient été adressées aux magistrats, l’on est presque certain que la même attitude à l’Éducation nationale devrait donner lieu à de chaudes empoignades. Réputés plus tenaces que les magistrats, plus bruyants mais aussi plus irritants que plusieurs autres organisations syndicales, c’est peu probable que l’attitude du ministre plaise aux syndicalistes du secteur de l’Éducation nationale. En tout cas, la Conasysed compte prouver qu’elle existe bel et bien.

En dépit de sa suspension, en mars 2017, par le ministère de l’Intérieur, la confédération syndicale promet déjà d’accueillir le nouveau venu de la même manière qu’il se présentera à ses membres. «En réalité, il n’y a rien de nouveau. Ce sont les hommes qui changent, mais le système reste le même. Nous travaillerons donc avec le ministre de la manière dont il souhaitera qu’on travaille. Son attitude déterminera la nôtre», a déclaré Louis Patrick Mombo à Gabonreview. Seulement, le chef de file de la Conasysed a tenu à prévenir de ce que «la bourde de la ministre sortie a été de tenter de travailler avec les syndicats de manière individuelle sans tenir compte de l’existence de la Conasysed injustement suspendue».

Francis Nkea commettra-t-il la même erreur ? Le nouveau ministre de l’Éducation nationale est-il capable d’adopter un autre comportement que celui affiché alors qu’il était ministre de la Justice ? «S’il vient avec des préjugés sur nous, ça risque de ne pas être avantageux pour nos échanges», craint Louis Patrick Mombo.