La ministre de la Formation professionnelle s’est rendue le 25 avril au sein de la Zone économique à régime privilégié (Zerp) de Nkok, pour constater l’état d’avancement des travaux du centre de formation professionnelle réalisés par l’entreprise chinoise Avic INTL.

Carmen Ndaot sur le chantier du centre professionnel de Nkok, le 25 avril 2018
à Nkok. © Gabonreview

 

Neuf mois après la pause de la première pierre du centre de formation professionnelle dans la Zone économique à régime privilégié (Zerp) de Nkok, le chantier avance. Tel est le constat dressé par la ministre de la Formation professionnelle lors de sa visite sur le site, le 25 avril. Cette infrastructure, dont deux similaires seront construites à Port-Gentil et Franceville, est le fruit d’un contrat d’entente signé en 2013 entre l’Etat gabonais et Avic INTL.

Moments de la visite du chantier, sanctionnée par les travaux du comité de pilotage. © Gabonreview

«Nous sommes venus constater l’état d’avancement des travaux de ce chantier, dont la durée est de trois ans. D’autant que nous avons demandé à ce que les centres soient livrés au fur et à mesure. Nous avons donc priorisé le centre de Nkok, afin qu’il soit livré sur une période de 18 mois», a déclaré Carmen Ndaot. Ce projet dont le coût est estimé à 120 millions de dollars (plus de 64,4 milliards de francs CFA), est financé à hauteur de 85% par la banque chinoise Exim Bank et 15% par le Gabon.

«Une fois le chantier achevé, nous aurons un centre de formation moderne avec des filières adaptées aux besoins réels du marché du travail. En effet, la vision du président de la République est de réformer notre modèle de formation pour le rendre plus adapté aux besoins réels de notre économie. Et, surtout, en fonction des secteurs clés identifiés par le Plan stratégique Gabon émergent. A l’instar de l’agriculture, du tourisme, des mines, des technologies de l’information et de la communication, etc.», a souligné le membre du gouvernement.

Pour le directeur de projet, le chantier est bien avancé. «Le chantier se fait par bloc. Nous avons démarré avec les fondations de la zone résidentielle. Avec le support des gouvernements gabonais et chinois, le projet sera finalisé dans deux à trois ans», a affirmé Nick Liang Bin. Ces centres devront accueillir chacun 1000 stagiaires, dont 600 résidants et 400 externes. Une gamme de 12 filières constitue son offre de formation. Trois niveaux de certification sanctionnent les formations suivies, dont le niveau technicien spécialisé, technicien et le niveau qualification.

Les centres de formation seront notamment équipés d’ateliers, d’aires de sports, de laboratoires, de bureaux administratifs, de réfectoires, de dortoirs, d’amphithéâtres et de logements pour le personnel d’encadrement. La gestion du projet est assurée par deux organes principaux : le comité de pilotage présidé par la ministre de la Formation professionnelle et la cellule de gestion de projet, présentée comme une entité technique.