Dépourvues d’informations sur les fonds régulièrement octroyés par l’Unesco, associations et ONG œuvrant dans le domaine du patrimoine culturel ont été édifiées, le 6 mars dernier à Libreville, sur les Objectifs du développement durable (ODD) liés à la culture.

Une vue des officiels avec, de gauche à droite, le représentant résident de l’Unesco et le directeur général de l’Agence nationale de la promotion artistique et culturelle (Anpac), le 6 mars 2017 à Libreville. © Gabonreview

 

A l’initiative de la représentation de l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (Unesco) de Libreville et du ministère en charge de la Culture, Libreville a abrité, le 6 mars dernier, un atelier de renforcement des capacités sur les Objectifs du développement durable (ODD) liés à la culture. Principales cibles de cette session de formation, les associations et ONG œuvrant dans le domaine du patrimoine culturel.

Plan large des officielles et vues de participants présents à l’atelier. © Gabonreview

Ces travaux avaient pour but de sensibiliser les participants sur l’intérêt de répondre aux appels à candidatures lancés régulièrement par divers fonds de l’Unesco ; et de les doter d’outils et techniques nécessaires pour une meilleure croissance de la Convention 2005, des ODD et d’améliorer leurs compétences dans l’élaboration de dossiers de candidature.

En effet, a rappelé le représentant résident de l’Unesco, «L’assemblée générale de l’Onu a adopté en sa session de septembre 2015, l’Agenda 2030 constitué de 17 ODD. Le processus d’élaboration du cycle de coopération entre le Gabon et les agences du systèmes onusiens au Gabon, a révélé une connaissance insuffisante des ODD dans l’administration et ses partenaires de la société civile, notamment dans le secteur de la culture et des arts».

Selon Vincenzo Fazzino, le Gabon répond très rarement aux appels à candidatures lancés régulièrement par les divers fonds de l’Unesco dans le secteur de la culture. Comme le Fonds international pour la diversité culturelle (FIDC), ou encore le fonds pour la promotion du patrimoine culture.

«Les appels à candidature 2017 pour ces deux fonds seront bientôt lancés. De plus en plus, l’élaboration des dossiers de candidatures nécessite une connaissance des ODD et consiste à établir des liens et contributions entre le projet développé/soumis et l’atteinte des ODD», a précisé Vincenzo Fazzino. D’où cet atelier de formation au bénéfice des associations et ONG œuvrant dans le domaine du patrimoine culturel, aux objectifs spécifiques bien ciblés.

Les différents panélistes ont notamment exposé sur «La Convention 2005, protection et promotion de la diversité des expressions culturelles», «Les ODD liés à la culture, cibles et indicateurs», ou encore «Le formulaire de candidature FIDC : présentation, échanges et discussions».

A l’issue de cette session de formation, les organisateurs ont estimé que le Convention 2005 est désormais mieux connue par les participants. Dans le mêmes sens, associations et ONG œuvrant dans le domaine du patrimoine culturel ont dit être mieux outillées sur les ODD liés à la culture, leurs cibles et leurs indicateurs. Tout comme, elles sont désormais capables d’élaborer des dossiers de candidature dans le cadre de l’Agenda 2030 des Nations unies. Sur ce, une liste d’associations disposées à élaborer et soumettre un dossier de candidature, a été établie.