Baptisé «Corporate Challenge», le premier championnat de football solidaire au Gabon devrait bientôt se dérouler à Libreville, mettant aux prises plusieurs entreprises de la place. Chacune d’elles devrait s’engager à soutenir financièrement une structure œuvrant dans le social.

© D.R.

© D.R.

 

Présenté par ses organisateurs comme «un parfait trait d’union entre le monde de l’entreprise et le monde associatif», le «Corporate Challenge» sera une première au Gabon, en termes d’appui aux œuvres sociales et d’aide aux structures tels que les orphelinats, les organisations de défense d’espèces animales protégées ou celles impliquées dans la lutte contre certaines maladies. Il s’agit d’une compétition de football qui opposera 16 équipes (des«Teams entreprise») issues de différents sociétés implantées au Gabon. Chacune d’elles défendra une cause, tout en s’engageant à œuvrer financièrement et matériellement auprès de la structure spécialisée de son choix.

© D.R.

© D.R.

«La plupart des entreprises concentrent leurs efforts uniquement sur un ou deux orphelinats très connus du grand public. Mais ces initiatives s’essoufflent à force de répétition. Les autres projets ou besoins sociaux ne sont pas couvert faute de médiatisation suffisante pour intéresser les entreprises. Notre projet a pour vocation de croiser l’offre de financement RSE des entreprises et les projets sociaux ou caritatifs», explique l’association Corporate Challenge. Pour les organisateurs de cette compétition sportive visant à faire des participants de véritables entreprises citoyennes, l’autre objectif est de devenir «un outil RH au service de la cohésion dans l’entreprise, de permettre (à celles-ci) de tisser des liens entre salariés autres que des liens professionnels».

Parmi les projets retenus au terme de la première édition, dont les matchs se joueront uniquement les samedis à Libreville, on compte la réfection d’établissements scolaires et de structures sanitaires dans la capitale, la lutte contre les violences, l’abandon et la traite des enfants, l’accès à l’éducation des enfants handicapés, la valorisation de l’artisanat traditionnel, l’entreprenariat des jeunes, la lutte contre des maladies (VIH/Sida, drépanocytose, épilepsie).