La 10e édition de la Coupe de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cemac), dont le tirage au sort a eu lieu le 5 octobre à Malabo, se tiendra essentiellement dans la première quinzaine de décembre prochain en Guinée Equatoriale.

Détail de l’affiche de la compétition en 2013 à Bitam. © D.R.
Détail de l’affiche de la compétition en 2013 à Bitam. © D.R.

 

Retardée par les dirigeants sportifs de la Guinée Equatoriale pour des raisons d’harmonisation des calendriers dans la sous-région, la 10e édition de la Coupe de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cemac) aura finalement lieu du 30 novembre au 14 décembre prochains. Le calendrier de la compétition a finalement été arrêté au terme d’une cérémonie présidée par le secrétaire d’État à la Jeunesse et aux Sports de la Guinée équatoriale, Ruslan Obiang Nsue, le 5 octobre dernier à Malabo. La poule A comprenant le pays hôte, compte également le Cameroun et la République centrafricaine. Celle-ci sera logée à Bata, capitale économique du pays. La poule B dans laquelle figure le Gabon, vainqueur de la précédente édition, verra aussi s’affronter le Tchad et la République du Congo. Ce groupe sera basé à Malabo.

D’ores et déjà, des inquiétudes se font jour quant à la capacité des Panthères du Gabon à défendre leur titre. Il sera, en effet, difficile de se faire une idée des joueurs à convoquer vu que le championnat national n’a toujours pas démarrer. Tout porte à croire que, comme c’est souvent le cas, la sélection sera montée de toutes pièces. Surtout que l’équipe nationale locale est sans entraineur depuis la promotion de Stéphane Bounguendzas dans le staff technique de l’équipe fanion.

Pour pallier ces manquements, les regards sont désormais tournés vers le président de la commission en charge des équipes nationales et des compétitions au sein de la Fédération gabonaise de football (Fégafoot). Jean Paul Tchibinda est notamment attendu sur la question de la nomination d’un entraineur devant conduire les joueurs locaux à Bata dès la fin du mois en cours. Plusieurs noms ont ainsi circulé pour succéder à Stéphane Bounguendzas, notamment Alain Mandrault, entraineur d’AS Pélican, champion de la phase aller du National Foot de l’an dernier, ou encore Nicaise Ondeno, qui avait sauvé AS Solidarité de Port Gentil de la relégation l’an dernier. Certaines indiscrétions évoquent également le nom de Thierry Ebobola, entraineur adjoint à FC Akanda, qui fut notamment le grand artisan du sacre des U23 en 2011 au Maroc. Bref le chantier de la sélection nationale locale s’annonce ardu. D’autant plus que ce même groupe de joueurs locaux est également appelé à participer au 3e tour des éliminatoires de la 4e édition du Championnat d’Afrique des Nations (CHAN), en avril 2015 en République démocratique du Congo (RDC).