Candidat à la présidence de la Fédération gabonaise de football (Fegafoot), Blanchard Andoume a publié sur les réseaux sociaux son plan d’actions baptisé «360° Football». Le programme est notamment axé sur la densification des financements, la gouvernance et une meilleure gestion de la sélection nationale.

Le candidat planchant sur les statuts de la Fegafoot. © facebook.com/BlanchardAndoumeOfficiel

 

Candidat à la succession de Pierre Alain Mounguengui à la tête de la Fédération gabonaise de football (Fegafoot), Blanchard Andoume a publié sur les réseaux sociaux, ce 2 mars, son programme d’action 2018-2022. Baptisé «360° Football», le programme ambitionne de remettre sur les rails le football gabonais, plombé à tous les échelons (clubs, sélections nationales, ligues, infrastructures et équipements).

«Notre ambition pour la renaissance du football gabonais s’appuie, entre autres, sur une double réalité. D’abord, nous sommes conscient que, malgré le contexte actuel, le football en particulier est le sport qui passionne le plus les Gabonais. Ensuite, il est indéniable que seul le sport rassemble le mieux les Gabonais. C’est un idéal commun, surtout quand les résultats sont positifs», a affirmé Blanchard Andoume.

Pour la Renaissance du football national, Blanchard Andoume entend doper les ressources financières de la Fegafoot. Au-delà des financements traditionnels extérieurs (Fifa et Caf) et locaux (Etat gabonais et recettes de matchs), un accent sera mis sur des financements exceptionnels issus d’un partenariat Fegafoot-Etat gabonais ; complétés par des financements privés. Ce qui garantirait à la fédération un budget annuel de 10 milliards de francs CFA.

«85% du budget sera affecté aux infrastructures et aux championnats», a affirmé Blanchard Andoume. Il entend mettre les bouchées doubles pour plus d’impact au niveau fédéral, des ligues, des clubs, du football féminin et des jeunes, des compétitions nationales et locales.

Une fois élu à la tête de la Fegafoot, le candidat affirme que son mandat sera celle de la bonne gouvernance. Notamment, au niveau de la gestion administrative, de la formation et de la médecine sportive. Par ailleurs, des efforts particuliers seront consentis à la résolution des maux qui minent l’équipe nationale de football. Tels que l’absence récurrente du sélectionneur sur le territoire national, la discrimination dans le traitement des joueurs, l’indiscipline des joueurs, l’immixtion politique dans la gestion du football, etc.

En attendant la présentation officielle du programme, à la faveur d’une conférence prévue dans quelques jours à Libreville, Blanchard Andoume a dit être dans l’attente des recours introduits auprès de la Fédération internationale de football association (Fifa) et de la Confédération africaine de football (Caf). Ces recours concernent le report du scrutin pour le renouvèlement du comité exécutif de la Fégafoot, prévu le 31 mars prochain.