Emmanuel Thierry Koumba (ETK), candidat aux législatives pour le compte d’Union & Solidarité (US) de Jean de Dieu Moukagni-Iwangou sur le 3e siège du département de la Douya-Onoye (Mouila), promet, s’il est élu de verser la totalité de ses fonds de souveraineté aux démunis de sa circonscription électorale.

Les fonds de souveraineté d’Emmanuel Thierry Koumba (2e en partant de la droite), candidat de l’US aux législatives, serviront aux populations démunies du canton Ngouné centre. © D.R.

 

Des 10 millions de francs correspondants aux fonds de souveraineté mis à disposition des députés chaque année, Emmanuel Thierry Koumba sait d’avance ce qu’il fera. S’il est élu au 3e siège du département de la Douya-Onoye à Mouila, l’ancien conseiller technique à la Haute autorité de la communication (HAC, ex-CNC) s’engage à les utiliser au profit des populations fragilisées de sa circonscription électorale.

«Demain, en tant que député, je me mettrai toujours du côté des habitants de mes trois cantons. C’est la raison pour la quelle toute ma subvention (fonds de souveraineté) de député sera déposée sur la table autour de tous les représentants, afin que ça serve au développement de nos villages. C’est un engagement que je prends, parce que, dans les villages, ils le savent pour m’avoir entendu le leur dire», annonce-t-il, prenant la presse nationale à témoin.

L’argent issu du fonds de souveraineté du potentiel député ETK, à en croire l’intéressé qui est opposé à Albertine Maganga-Moussavou du PSD, servira principalement à faire face à «l’exode rural qui a ruiné les villages du canton Ngounié centre», mais davantage, dit-il, de réparer «les souffrances» infligées par sa principale adversaire aux populations de la contrée tout au long de ses 20 ans de mandat.

«Je ne suis pas un flambeur ou quelqu’un qui recherchera d’abord un matelas financier comme les autres, se défend le candidat. Je pourrais donc me contenter de mes émoluments de député et accompagner les autres avec ces fonds de souveraineté. J’ai des amis députés dans d’autres pays qui m’encouragent dans ce sens parce qu’ils l’ont réussi. Je vais le faire. Croyez-moi.»

En plus de ses fonds de souveraineté, parvenu à l’Assemblée nationale s’il en a le privilège, Emmanuel Thierry Koumba annonce déjà qu’il veillera à être disponible pour ses concitoyens, tout en œuvrant pour «la formation des hommes et des femmes, notamment des jeunes ; le soutien des jeunes filles et jeunes filles-mères pour une meilleure réinsertion sociale ; la prise en compte des problèmes des villageois par les opérateurs économiques installés dans le département ; la réouverture des écoles et dispensaires pour les transformer en de projets simples et intégrateurs».

«Je me battrai pour que les zones difficilement accessibles par la route comme Idoumi, Rembo, Makanda, Ikolo, Koumbanou, Nombakélé, Moualo, Bandi, Dikoka, Igouma, Mokabo, Saint Martin, Ngando, Mighabi, Moutassou accèdent à la modernité», promet-il enfin.