Les responsables de l’Institut de médecine et d’épidémiologie appliquée (Imea)-Fondation internationale Léon M’ba ont récemment échangé avec l’ambassadeur du Gabon en France, pour faire le point sur l’apport du Gabon dans cette structure.

Phase de la séance de travail entre Flavien Enongoué, le Pr. Pierre-Marie Girard et le Pr. Jacques Le Bras, à Paris. © Amb. Gabon/France

 

L’ambassadeur du Gabon en France, Flavien Enongoué, s’est entretenu avec une délégation de la Fondation internationale Léon M’ba, conduite par le président du Conseil de surveillance de l’Imea, Pr. Pierre-Marie Girard et son président du directoire, Pr. Jacques Le Bras. La séance de travail a porté sur la mise en œuvre des conclusions de la réunion du Conseil de surveillance de cette institution tenue le 23 mai 2018 à l’hôpital Bichat-Claude Bernard (France).

Ces conclusions portent, entre autres, sur le projet de modification des statuts de l’Imea, le projet de formation des formateurs en Hygiène et infections en milieu de soins et l’investissement du Gabon dans la vie de cette Fondation.

Concernant le premier point, il a été fait à l’ambassadeur l’économie des dispositions soumises à modification et pour lesquelles l’avis du Gabon, fondateur de l’Institut, est attendu depuis quatre ans. Il s’agit principalement d’une mise en conformité avec les statuts types des Fondations reconnues d’utilité publique, approuvés par le Conseil d’Etat français dans son avis du 13 mars 2012.

S’agissant de la formation des formateurs en Hygiène et Infections en milieu de soins, elle sera lancée au mois d’octobre de cette année à la faculté de médecine d’Avicennes (France), au bénéfice des praticiens de Côte-d’Ivoire. Un pays où il existe déjà un partenariat dynamique entre l’Imea et les universités et centres hospitalo-universitaires. Les responsables de l’Imea «tiennent vivement à ce que le Gabon intègre ce programme de formation, à l’instar des pays tels que le Sénégal et le Bénin où l’Institut a déjà développé des partenariats importants». La formation est sanctionnée par un diplôme international de la faculté d’Avicennes.

Enfin, la question de l’investissement du Gabon dans la vie de l’Imea a été abordée. Cette implication du Gabon est marquée ces dernières années par une certaine tiédeur, alors même que le pays s’est enrichi ces dernières années dans les domaines d’infrastructures hospitalières et de couverture maladie.

Dans cet esprit, Flavien Enongoué a été invité à prendre part à la cérémonie d’ouverture des 12e Rencontres Nord-Sud qui auront lieu le 21 novembre 2018 et réuniront 200 spécialistes à l’auditorium de l’hôpital Georges Pompidou sur le thème : Le contrôle des émergences et de la résistance aux anti-infectieux au Sud.

L’ambassadeur a rassuré ses interlocuteurs quant à la volonté des plus hautes autorités gabonaises à relancer le partenariat, témoignage de la fidélité du Gabon à l’histoire de cet Institut né en 1967 de la volonté du président Léon M’ba et partagée par le général Charles De Gaulle.